Viva For Life: les trois animateurs à la visite médicale

Les trois animateurs de Viva for life aux urgences
2 images
Les trois animateurs de Viva for life aux urgences - © Vinciane Votron

Avant de passer six jours et six nuits dans le cube, les trois animateurs de Viva For Life ont dû passer une visite médicale dans le services des urgences au Grand Hôpital de Charleroi.

En pleine forme

C'est le docteur Bernardette Cuvelier qui a pris en charge Sara De Paduwa, Sébastien Nollevaux et Cyril. Les paramètres à surveiller sont la tension, le taux de glycémie avec un électrocardiogramme et une prise de sang pour être complet. Sébastien Nollevaux n'apprécie pas particulièrement les prises de sang. Il a d'ailleurs eu droit à un pansement aux couleurs de Batman dans le creux du bras.

Le trio a passé ces examens avec brio : "Ils sont en pleine forme. Je les ai retournés sous toutes les coutures. Je suis tout à fait rassurée de les laisser partir dans le cube", a ajouté l'urgentiste. Le plus difficile à gérer, ce n'est pas forcément d'ingérer uniquement de la nourriture liquide – "si elle est variée, il n'y a aucun problème" –, mais de s'habituer au changement de rythme : "Ne pouvoir dormir que par petites tranches, ne pas respecter le rythme physiologique – 'je travaille la journée et je dors la nuit'. Ici, ils vont forcer ce rythme", précise le médecin qui les suivra toute la semaine.

Un défi pour le médecin aussi

Un défi que Bernadette Cuvelier a aussi décidé de relever : "Moi, je suis médecin urgentiste, donc mes habitudes dans mon travail, c'est l'urgence, le patient malade, le patient accidenté. Ici, le défi, c'est que j'ai des gens en bonne santé qui vont faire subir un stress à leur corps, à leur organisme et je dois les surveiller pour qu'ils ressortent toujours en bonne santé le 23 décembre. C'est un défi, mais j'adore ça". L'urgentiste viendra tous les jours dans le cube pour vérifier les paramètres et s'assurer que ses protégés sont en bonne santé. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK