Virelles: l'abeille noire devient sentinelle Slow Food

L'abeille noire, une espèce bien belge
3 images
L'abeille noire, une espèce bien belge - © Vinciane Votron

Vous ne connaissez peut-être pas l'abeille noire... Cette espèce typiquement belge vient d'être récompensée. Elle a décroché le label "sentinelle Slow Food". Une espèce en voie de disparition, mais qui fait la fierté de son village d'adoption, Virelles, dans l'entité de Chimay. 

L'abeille belge

Cette abeille ne pique pas plus qu'une autre. Seule différence : son abdomen est noir. Cette espèce est surtout reconnue pour son adaptation à notre météo.

Hubert Guerriat, apiculteur explique : "L'abeille noire, c'est l'abeille wallonne. C'est la seule vraie abeille belge et sa grande caractéristique comme toutes les espèces indigènes, c'est d'être adaptée à la flore et au climat du lieu. Et c'est ça qui fait que cette abeille est spécialement résistante et qu'elle peut supporter nos étés pourris, comme cette année. Les basses températures lui font moins peur que d'autres races. L'humidité lui fait moins peur également et surtout, elle est beaucoup plus performante puisqu'elle sait que le climat est mauvais, quand il fait beau, elle travaille beaucoup mieux. Elle rapporte plus de pollen par voyage par exemple."

Sentinelle slow food

Seuls 250 apiculteurs élèvent cette race en voie d'extinction. Pour tenter de la faire connaître, le mouvement Slow food vient de la désigner comme sentinelle. Il en existe 400 dans le monde entier, mais seulement 3 en Belgique. Le fromage de Herve, le sirop artisanal de Hesbaye et le miel d'abeille noire. Des produits bons, propres et justes. Marta Messa, coordinatrice du mouvement Slow Food en Belgique: "Les sentinelles sont des projets slow food pour valoriser, mettre en avant, des produits qui ont un risque de disparaître mais qui représentent vraiment l'identité culturelle et gastronomique d'une certaine région. L'abeille noire, comme abeille indigène, très typique de cette région et de la Belgique aussi a été reconnue comme sentinelle".


Dans la région de Chimay, l'abeille noire est la seule espèce autorisée. Mais d'autres éleveurs en possèdent aussi dans d'autres régions. C'est le cas de Francis Moureau. Il est apiculteur dans les Ardennes. Il a choisi cette race pour sa rusticité. En l'étudiant de plus près, les apiculteurs se sont rendu compte qu'elle butinait une plus grande variété de fleurs: "L'abeille noire va choisir des fleurs d'une manière plus respecteuse de l'environnement par rapport à des abeilles étrangères ou de synthèse. On a des raisons de penser que son comportement est écologique."

Récolte de miel assurée

Et grâce à elle, malgré la mauvaise météo, la récolte du miel est moins catastrophique qu'ailleurs. Henri Guerriat s'en étonne encore: "Même les mauvaises années, les abeilles noires travaillent. On vise la régularité. On fait du miel même quand il fait mauvais. Je suis étonné, je me dis: "Mais où ont-elles été chercher ce miel?", parce que les ruches sont pleines de miel." Un miel qui n'est pas noir. Il peut être de toutes les couleurs, en fonction des fleurs butinées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK