Une partie du personnel d'ACV à nouveau en grève à Seneffe

L'usine ACV à Seneffe
L'usine ACV à Seneffe - © rtbf.be - Cédric Loriaux

Cette fois, ce sont les travailleurs du site de production des boilers qui ont débrayé. Selon eux, il s’agit d’une action menée au finish tant que la direction n'aura pas relevé les conditions de départ qu'elle propose pour le volet social de la restructuration.

Jeudi dernier, les syndicats et les travailleurs espéraient que la direction revienne avec de nouvelles propositions plus convaincantes au sujet du volet social. Mais ils ont dû vite déchanter.

Dans cette phase 2 de la procédure Renault, celle des négociations, la direction du site de Seneffe avance, dit-elle, dans une enveloppe fermée.

Et elle ne peut proposer plus pour les 142 travailleurs qui vont perdre leur emploi.

Ces arguments ne tiennent pas pour les syndicats qui contestent toujours la base de calcul fixée pour les départs à la prépension. Tout comme le montant des primes proposées pour les licenciements et les départs volontaires.

Pour rappel, le groupe ACV va délocaliser toute la production des boilers en Slovaquie où dix millions d'euros seront investis dans une nouvelle unité. Seneffe gardera la fabrication des chaudières, le département sera mis aux normes et quatre à six millions y seront injectés.

L'avenir des deux unités est donc tout à fait différent et cela ne favorise pas la solidarité entre travailleurs.

Ceux qui fabriquent les boilers semblent en tous cas déterminés à mener leur grève au finish. Et d'autres actions plus dures ne sont pas exclues.

La direction, elle, affirme rester ouverte à la négociation. La prochaine réunion, prévue le 30 juin, est toujours maintenue.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK