Une nouvelle cabine de contrôle ferroviaire à Charleroi : pour plus de sécurité sur le rail

Une nouvelle cabine du contrôle du trafic ferroviaire à Charleroi : pour plus de sécurité sur le rail
2 images
Une nouvelle cabine du contrôle du trafic ferroviaire à Charleroi : pour plus de sécurité sur le rail - © rtbf.be - Hugues Decaluwé

En service depuis quelques mois seulement, la toute nouvelle cabine de contrôle du trafic ferroviaire de Charleroi gère, avec celle de Mons, tout le trafic de la zone sud-Ouest du réseau ferroviaire belge. Cette cabine, avec ses centaines d’écrans, a remplacé à elle seule des dizaines d’autres vieilles installations. On y gère le trafic, les travaux, les retards, les incidents et accidents.

La nouvelle infrastructure ultramoderne s’inscrit dans un vaste plan d’investissement d’Infrabel à Charleroi. Dans quelques mois, quasi tous les services d’Infrabel pour la zone ouest du réseau belge y seront regroupés. Frédéric Sacré, porte-parole d’infrabel, précise : "Le réseau ferroviaire est divisé en cinq zones et ici, dans ce bâtiment, on va trouver les équipes qui gèrent le réseau de Charleroi jusqu’à Mouscron. C’est un bâtiment de 6.500 m² et qui est stratégique notamment pour la cabine de signalisation puisque c’est l’endroit où l’on gère le trafic ferroviaire."

Une gestion du trafic ferroviaire assurée par 130 agents qui se relaient ici 24 heures sur 24. Devant chacun d’eux, une dizaine d’écrans pour gérer le trafic en temps réel. Joël Bouffioux est leur responsable pour toute la zone sud-ouest, explique : "On va commander tous les aiguillages du réseau, on va commander tous les signaux du réseau, et sur chacun des postes de travail soit vous avez des gens qui s’occupent de la gestion du trafic, soit de la gestion de la sécurité du trafic. Avec un vrai plus pour la sécurité parce que la technologie a amené toute une série de barrières supplémentaires par rapport à ce qui se passait avant."

D’ici 2024, il ne restera que dix cabines en Belgique comme celles de Charleroi de Mons. Elles auront alors remplacé les 350 cabines, parfois très anciennes, qui géraient jusque-là la totalité du réseau.

Et, si les agents de la cabine de contrôle travaillent dans ce nouveau bâtiment depuis décembre dernier, les agents des services administratifs et techniques devront, eux, attendre janvier prochain. L’investissement consenti par Infrabel sur ce site est de 30 millions d’euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK