Un Charleroi-Standard à haut risque dimanche, la sécurité sera renforcée

Charleroi-Standard, c'est toujours le match le plus attendu de la saison dans le Pays Noir. Mais cette fois, le derby wallon de dimanche s'annonce peut-être encore plus chaud que d'habitude.

Le Standard est dernier du classement de la Pro League. Pour l'instant, les supporters liégeois sont restés calmes dans leur stade. Mais certains craignent que le match à Charleroi leur serve de défouloir.

Dimanche, quelques supporters carolos ne se priveront sûrement pas de narguer le kop liégeois qui découvre cette place de bon dernier. "Nous, on sait ce que c’est que de devoir lutter pour sa survie, explique Pierre-Yves Hendrickx, le directeur administratif du Sporting de Charleroi. On a vécu cela plusieurs fois, ce n’est pas gai. Les supporters se posent des questions, cela génère des frustrations. Et quand cela arrive à un club comme le Standard, cette frustration est démultipliée."

Justement, cette tension, pour l'instant contenue, au sein des supporters du Standard ne risque-t-elle pas d'exploser dimanche au Mambourg? "Je n’ai pas entendu parler de violences particulières. La volonté est d’encourager l’équipe. Nous n’irons pas à Charleroi pour tout casser", répond Magali Pignolet, la secrétaire de la Famille des Rouches, qui chapeaute les clubs de supporters du Standard.

Et puis, rajoute Pierre-Yves Hendrickx, "les supporters du Standard n’ont aucun intérêt à venir dégrader la ville parce que son équipe ne tourne pas bien. Il n’y a aucune logique là-dedans. Il faut savoir aussi que la tribune du Standard est gérée par les stewards du Standard et par les spotters de la police liégeoise également. Ils porteront de toute façon une responsabilité vis-à-vis de leurs supporters si des incidents devaient survenir."

Quoi qu'il en soit, ce match, comme tous les grands chocs, est classé à haut risque. Les abords du stade seront donc sous haute surveillance. La sécurité avant, pendant et après le match, sera renforcée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK