UMons : nouvelle plate-forme de dépistage du coronavirus pour les hopitaux hennuyers

UMons : nouvelle plate-forme de dépistage du coronavirus pour les hopitaux de la région
UMons : nouvelle plate-forme de dépistage du coronavirus pour les hopitaux de la région - © Tous droits réservés

L'université de Mons est quasi prête. Elle va procéder au dépistage du Covid-19 en utilisant le procédé mis au point par l'Université de Namur

L'UMons pourra réaliser 400 tests par jour et aider les hôpitaux du Hainaut. Elle  crée la première plate-forme de dépistage du Covid-19 opérationnelle en Hainaut. 

L'UMons reprend la technique mise au point par l'Université de Namur. Cette nouvelle technique consiste à extraire manuellement le code génétique du virus à l'aide d'un composé chimique, d'une hotte et d'une centrifugeuse. Benoït Muylkens, le virologue et directeur de l'Unité de recherche vétérinaire intégrée de l'UNamur, à l'origine de la découverte avait précisé que "le code génétique est ensuite transformé en ADN qui est amplifié et lors de l'amplification un signal lumineux est donné pour indiquer si le patient est atteint ou non". Un résultat fiable est alors obtenu en moins de 24 heures.

L'UMons réalisera ses tests dans ses locaux du bâtiment Pentagone situé sur le Campus de la Plaine de Nimy.

Une quarantaine de chercheurs et logisticiens issus des laboratoires de la Faculté des Sciences et de la Faculté de Médecine et de Pharmacie sont tous volontaires. Ils se relaieront sept jours sur sept par équipe de dix, à raison de deux jours de suite de travail hebdomadaires.

Ces scientifiques pourront réaliser 400 nouveaux tests par jour, ce qui portera à plus de 2.000 le nombre de total de tests quotidiens de dépistage réalisés en Belgique.

Cette plate-forme de l'UMons va permettre aux hôpitaux hainuyers d'identifier plus rapidement les porteurs du virus, tant parmi les patients hospitalisés qu'au sein du personnel soignant. Des partenariats seront noués avec les laboratoires des différentes institutions hospitalières 

Une précieuse aide quand on sait que la région de Mons apparaît comme l'un des foyers virulents de la propagation de l'épidémie.

Les premiers tests débuteront dès que l'accréditation des autorités fédérales sera parvenue à l'UMons. Le professeur Rudy Wattiez qui pilote l'opération à Mons, espère que ce sera ce mercredi, si pas cette semaine...

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK
JT 19h30
en direct

La Une

JT 19h30