Trois degrés de moins: protection de l'environnement et économies pour une école de Charleroi

Illustration
Illustration - © Tous droits réservés

Avec le retour du froid, seriez-vous prêt à diminuer votre chauffage de trois degrés? C'est le défi que se sont lancé les élèves de l'Institut Sainte-Marie de Châtelineau. Il s’agit d’une initiative symbolique avant tout mais aussi pédagogique puisqu'elle avait pour objectif de sensibiliser les élèves au gaspillage énergétique.

L'opération s'appelle "Baisse les watts". Et elle est signée Goodplanet, une association qui milite pour la protection de l'environnement dont Céline Bourdon est la responsable : "On ne se rend pas toujours compte des conséquences que ça a d’utiliser beaucoup d’énergie. Et donc effectivement dans les écoles, on a peut-être tendance à chauffer un peu trop et à pas toujours faire attention aux petits gestes comme éteindre les lumières, comme fermer les portes, comme ne pas ouvrir grand les fenêtres quand le chauffage marche à fond. Donc on essaie d’agir un peu sur tous les tableaux même si notre cible principale ce sont les élèves. Donc ici pour " baisse les watts ", on a 320 écoles qui participent dans toute la Belgique à cette journée. Et via les profs, on peut toucher les élèves et les directions également. Mais on sait que si une école diminue d’un degré la température, elle fait sept pourcents d’économie d’énergie et si elle la diminue de trois degrés, comme c’est le cas aujourd’hui à l’Institut Sainte-Marie, c’est 20% d’énergie qui est économisée et donc ça c’est super bénéfique pour la planète et pour le portefeuille des écoles aussi évidemment."

Les élèves de l'institut Sainte-Marie de Châtelineau ont donc enfilé un gros pull le temps d'une journée. Le professeur à l'initiative de cette journée, Philippe Burgeon, est revenu sur les objectifs de l’opération : "Le but de la journée, c’est de sensibiliser les élèves au fait que l’on consomme beaucoup trop d’énergie dans l’école, principalement par rapport au chauffage et à l’électricité. On a diminué de trois degrés la température à la chaudière. C’est un peu compliqué : ils avaient l’impression qu’il ferait très froid dans l’école. Or on se rend compte que ça n’a pas changé beaucoup. On leur a quand même proposé en contrepartie de venir avec un gros pull. On dit souvent que si on diminue la consommation de produits fossiles comme le pétrole, ça va diminuer et contrecarrer le réchauffement climatique. Mais aussi la facture énergétique de l’école. Une école qui peut économiser de l’argent ça lui permet d’acheter du matériel, etc. Là parfois les élèves ne se rendent pas compte qu’en diminuant la température des locaux et l’éclairage dans des locaux qui sont parfois inoccupés, c’est aussi pour eux un avantage comme du matériel en plus pour l’école."

Il y a désormais fort à parier que les étudiants désormais sensibilisés aux économies d’énergie exporteront cette expérience chez eux au sein de leur milieu familial. Ce qui doublerait l’objectif poursuivi par Goodplanet.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK