Tribunal correctionnel de Tournai: 30 mois de prison pour quatre dealers

Illustration
Illustration - © Pixabay - Domaine Public

Le 12 janvier 2017, la police de Tournai interpellait quatre personnes soupçonnées d’écouler de la cocaïne et de l’héroïne à Tournai, depuis le mois de novembre 2016. Pris en flagrant délit, trois hommes et une femme avaient été privés de liberté. Jeudi, ils ont écopé d’une peine de trente mois de prison, ferme pour deux jeunes Français âgés de 19 ans.

F.V (38 ans) et sa compagne C.P (35 ans) bénéficient d’un sursis probatoire de cinq ans. Ils s’en sortent bien car ce couple avait écopé d’une peine de dix mois de prison, déjà assortie de mesures probatoires, en octobre 2016 devant le tribunal correctionnel autrement composé. A l’époque, le couple avait été condamné pour avoir vendu de la drogue dure à Tournai, notamment à un jeune garçon qui, trop faible pour lutter contre cette dépendance, avait mis fin à ses jours. Ignorant sa mort, ses dealers continuait à l’appeler et c’est sa maman qui avait dénoncé les faits à la police.

Alors qu’elle devait accoucher de son second enfant quarante-huit heures après sa comparution devant le juge, en septembre, C.P avait juré qu’elle ne recommencerait plus. Son compagnon avait affirmé la même chose.

Mais en novembre, quand les deux jeunes de Tourcoing ont été chargés de prendre contact avec des toxicomanes de Tournai, par SMS, C.P fut la première à répondre.

Les deux lycéens français, des gamins âgés de 19 ans, avaient été recrutés près de leur école pour remplacer un dealer arrêté en Belgique. "Un homme m’a proposé de vendre de la drogue en Belgique et j’ai accepté. Il m’a donné un téléphone, une carte contenant les numéros de toxicomanes et de la drogue à vendre", avait raconté B.L.

La police de Tournai avait rapidement été informée que deux Maghrébins, qui circulaient à bord d’une Audi A3, étaient soupçonnés de vendre de la drogue à Tournai. Ils ont retrouvé leur trace chez un couple bien connu de leurs services. F.V et C.P avait accepté que les deux jeunes établissent leur quartier général chez eux, en échange de quelques grammes offerts. La cocaïne était vendue à 70 euros le gramme et l’héroïne à 25 euros le gramme. Le 12 janvier, les quatre suspects étaient placés sous mandat d’arrêt. Deux d’entre eux pourront sortir de prison ce jeudi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir