Tournai : un nouveau centre de consultations ouvre ses portes aux Marronniers

Un centre de consultations aux Marronniers.
Un centre de consultations aux Marronniers. - © RTBF

Selon un rapport récent de l’Aviq, un Wallon sur trois entre dans les critères du mal-être psychologique. Pour apporter une réponse à ces gens qui souffrent, "Les Marronniers" à Tournai viennent d’ouvrir un centre de consultations destiné au grand public. Les enfants, les adolescents et les adultes peuvent s’y rendre pour résoudre des problèmes allant de la dépression au décrochage scolaire, en passant par la dépendance à l’alcool.

"On veut insister sur le fait que les Marronniers ne gèrent pas que des cas lourds, explique Benjamin Delaunoit, le directeur médical de l’institution. L’objectif de ce centre de consultations, c’est que le savoir de nos spécialistes puisse bénéficier à des gens qui n’ont pas forcément besoin d’une hospitalisation."

L’idée est aussi de prendre en charge plus rapidement les patients. "Il y a des gens qui sont parfois sur liste d’attente, les centres sont parfois débordés et le fait de proposer un rendez-vous à long terme est souvent difficile à vivre pour eux, ajoute Antonella Bandinelli, psychologue aux Marronniers. Nous voulons répondre à cette demande plus urgente." Dans certaines situations de crise, le centre de consultations des Marronniers s’engage ainsi à fixer un rendez-vous avec le patient dans les 72 heures.

Dans d’autres cas, le centre de consultations permet un premier contact. "Dans le cas de l’alcoolisme, ça permet de toucher des personnes qui s’interrogent sur leur rapport à l’alcool. On peut ainsi proposer un premier rendez-vous pour voir où cette personne se situe. C’est évidemment moins stigmatisant que d’être hospitalisé", lâche Virginie Jeanmart, psychiatre au sein de l’institution.

Prendre en charge le décrochage scolaire

Particularité du centre de consultations, il va aussi s’occuper du décrochage scolaire. "L’avantage, c’est que le jeune pourra rester à domicile tout en profitant des consultations psychologiques et ensuite travailler la sphère scolaire de façon ludique pour qu’il reprenne pied, indique Maïté Rogie, psychologue aux Marronniers. Le but n’est évidemment pas qu’il retourne à l’école le lendemain de la consultation. On va prendre le temps de comprendre les angoisses liées à ce décrochage scolaire."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir