Tournai: remise au travail des personnes en incapacité

Le centre Prorienta regroupe les conseils en expertise et en formation
Le centre Prorienta regroupe les conseils en expertise et en formation - © Google Maps

Remettre les malades de longue durée au travail, un projet qui est sur la table du gouvernement. A Tournai, depuis 10 ans, le centre d'expertise en réadaptation professionnelle du Hainaut Occidental, propose une prise en charge globale des patients afin de leur offrir des pistes, soit de réinsertion; soit de formation.

Vanessa Liétart rencontre pour la première fois le médecin qui établit son dossier médical. Vanessa est en incapacité de travail depuis 6 ans :"C'est très important pour moi et pour mes enfants, pour que je puisse leur montrer que je suis capable de faire autre chose que de rester à la maison. Je ne vois quasi plus personne parce qu'avant je travaillais dans la restauration rapide et je voyais énormément de gens. Maintenant, je reste chez moi et je m'occupe de mes enfants. Je veux vraiment retrouver une vie normale".

Approche globale

Son médecin-conseil de la mutuelle lui a suggéré de réaliser une expertise. Durant deux jours, elle va passer un entretien médical, psychologique, mais elle va aussi tester ses compétences intellectuelles et pratiques. Au terme de cette analyse globale, le CERPHO (le Centre d'Expertise en Réadaptation Professionnelle du Hainaut Occidental) lui proposera une solution : soit un travail adapté à son incapacité; soit une formation qui lui permettra de se rediriger dans une autre orientation professionnelle. Sébastien Delaunoit, médecin-expert : "On prend l'avis de vrais professionnels dans le monde du travail, même si c'est le médecin qui tranche à la fin. Le but est de trouver une nouvelle orientation de vie et professionnelle par rapport à des gens qui sont un peu perdus face à leur problèmes médicaux."

En 10 ans, ce centre a effectué 1200 expertises de malades de longue durée. Et ce nombre ne va faire qu'augmenter. 400 000 personnes en incapacité de travail, ce sont les prévisions pour 2016. Un chiffre record qui tient surtout à l'augmentation des risques psychosociaux, tels que la dépression ou le burn-out. La ministre Maggie De Block travaille actuellement sur le dossier et devrait proposer un parcours d'intégration pour ces personnes. Obligatoire ou volontaire? Les modalités pratiques ne sont pas encore connues. Une concertation avec le secteur de la santé est actuellement en cours.

Des formations à la réinsertion

A Tournai, en tout cas, les chiffres sont plutôt encourageants. Car suite à l'expertise réalisée, le Centre de Réinsertion Professionnelle propose des formations adaptées aux maladies de ces demandeurs d'emploi. Une cinquantaine de personnes suivent ces modules, chaque année. Françoise Vilain, directrice du CRP : "Pour plus de 65% des personnes qui vont jusqu'au bout du processus, elles seront non seulement aptes, mais cela débouchera sur un emploi." Un véritable levier pour ces personnes qui y trouvent aussi quelques avantages : "Il y a un avantage social et professionnel, mais aussi financier. Car ces personnes ne restent pas à rien faire, elles sont remises sur le chemin de la formation, du travail; elles gardent leur indemnité à la mutuelle et elles ont 5€ d'indemnité par heure de formation prestée ainsi que leurs frais de déplacement. C'est vrai que c'est un incitant financier, qui permet de les faire rebondir" précise Françoise Vilain. Et pour le psychologue, Pascal Rousseau, cela a des répercussions sur le moral de ces patients : "Au départ, ils sont assez fatigués face au rythme des formations. Mais après, on retrouve une estime de soi, une confiance en soi améliorées, ce que les personnes ont un peu perdu en incapacité de travail."

A Tournai, on estime que la demande d'expertises devrait doubler face aux mesures prises par le gouvernement pour remettre les malades de longue durée sur le chemin du travail.

 

 

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK