Tertre: le projet de parc photovoltaïque flottant fait débat

Le Lac de Tertre
5 images
Le Lac de Tertre - © Droits réservés

À Tertre, un lac de quinze hectares deviendra-t-il une centrale solaire ? Une demande de permis est à l’étude. Le promoteur souhaite installer sur ce lac privé des panneaux photovoltaïques flottants. 32.720 panneaux exactement sur douze hectares. Une centrale flottante qui pourrait produire de l’électricité pour 4400 ménages.

 Aujourd’hui, les flotteurs ne dégradent pas du tout la biodiversité

Des mesures d’accompagnement

Un parc photovoltaïque flottant, c’est nouveau chez nous, mais ça se développe à l’étranger. Selon Pierre Mat, Administrateur-Délégué de la société TISol (Tertre Innovation Solaire) en charge de ce projet, cette ancienne sablière ne présente pas d’intérêt biologique particulier et des efforts seront fournis vis-à-vis de certaines espèces "Aujourd’hui, les flotteurs ne dégradent pas du tout la biodiversité", assure-t-il, "elle est d’ailleurs très faible à cet endroit puisque c’est un plan d’eau artificiel. Il y a une espèce de poissons aujourd’hui à cet endroit, les silures, mais ils sont carnivores et donc ils mangent les oiseaux". 

 

Et Pierre Mat de poursuivre "On nous a recommandé de pratiquer des mesures d’accompagnement et nous avons détecté la présence d’hirondelles de rivage et donc, notre projet, c’est d’intensifier la présence de ces hirondelles par la construction de murs qui permettent la nidification pour augmenter la fréquence et le nombre d’individus sur place".

Des inquiétudes chez les riverains

Un projet qui inquiète les riverains. Parmi leurs arguments, il y a les inquiétudes sur les nuisances sonores et des interrogations sur le risque qu’entraînerait une telle installation sur la biodiversité "On prétend qu’il n’y a pas de biodiversité mais je vous assure qu’il y a plein de choses ici pendant l’été, je peux ainsi vous dire que j’ai une canne avec ses petits canetons qui passent tous les ans dans mon jardin pour aller rejoindre le lac" assure cette riveraine. 

"Pourquoi, dans les rares endroits qui subsistent comme celui-ci, on choisit l’énergie verte mais on tue la flore et la faune qui s’y trouvent, c’est assez paradoxal"

"Pourquoi, dans les rares endroits qui subsistent comme celui-ci, on choisit l’énergie verte mais on tue la flore et la faune qui s’y trouvent, c’est assez paradoxal" constate cette autre.

Pour l’heure, une dizaine de courriers de réclamations sont parvenus au service environnement de l’Administration Communale de Saint-Ghislain. Une pétition contre ce projet de panneaux photovoltaïques a déjà recueilli plus de 900 signatures. L’enquête publique reste ouverte jusqu’au lundi 18 janvier et avant que la Région Wallonne ne tranche sur ce permis, le Collège Communal de Saint-Ghislain doit remettre un avis.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK