Tensions autour de la sécurité sanitaire au sein de l'entreprise sidérurgique Thy-Marcinelle

Tensions autour de la sécurité sanitaire au sein de l’entreprise sidérurgique Thy-Marcinelle
Tensions autour de la sécurité sanitaire au sein de l’entreprise sidérurgique Thy-Marcinelle - © Google Street View

Dans le contexte de crise sanitaire que nous connaissons tous actuellement, certaines communications internes dans les entreprises passent mal et posent question. Exemple à Thy-Marcinelle, société sidérurgique basée à Charleroi : dans un courrier interne, la direction explique que le secteur de l’acier a été reconnu comme étant crucial et que donc les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement fédéral ne le sont pas à l’intérieur de l’entreprise.

C’est inacceptable pour les syndicats qui ont interpellé les autorités et ont déposé un préavis de grève pour ce vendredi matin. Fabian Laduron de la CSC explique :
"Depuis l’annonce des mesures de restrictions, on a reçu énormément de coups de téléphone de travailleurs qui sont sur le site ainsi que des remarques de nos délégués nous indiquant que les procédures qui doivent être mises en place pour essayer d’éviter le maximum de contacts ne sont pas très bien respectées. Aussi bien en termes de contacts à plus de 1m50 qu’en ce qui concerne la manipulation de papiers. Or il faut savoir que les personnes qui s’occupent de chargement et de déchargement utilisent beaucoup de papier. De plus, jusqu’à ce jeudi matin, ces personnes n’avaient pas de savon pour se laver les mains, les points d’eau étaient sporadiques et il n’y avait pas de gel hydroalcoolique du fait de la pénurie. Aujourd’hui, dans un contexte de souci sanitaire, l’acier n’est pas un secteur qui doit être primordial au niveau des travailleurs. Il l’est en tout autre temps, on s’en rend bien compte, mais aujourd’hui, on doit privilégier la santé des travailleurs. Alors quand une direction d’entreprise ose indiquer dans une lettre qu’il faut privilégier la productivité pour atteindre des objectifs en faisant fi de la santé des travailleurs, ça pose un réel problème. Alors, dans un premier temps, nous avons interpellé la police qui nous a redirigé vers le SFP sécurité bien-être des travailleurs. Ce dernier s’est montré un peu dépourvu et nous a réorientés vers la médecine du travail qui doit effectuer beaucoup de contrôles actuellement. De ce fait nous avons interpellé le bourgmestre Paul Magnette qui, après nous avoir rencontrés, va faire le nécessaire avec la police de Charleroi pour qu’elle effectue des contrôles ce jeudi soir ou demain vendredi. Par ailleurs, nous avons informé nos délégués sur place que, si demain la direction n’a pas envie de mettre plus de moyens par rapport à la sécurité, il fallait qu’ils informent les travailleurs qu’un préavis de grève était déposé et que la personne désirant se mettre en grève avait la possibilité de le faire."

L’entreprise Thy-Marcinelle emploie près de 350 personnes.

 

►►► À lire aussi : Toutes les infos sur le coronavirus

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK