Tension et inquiétude chez les riverains de l'avenue Paul Pastur à Charleroi

Les riverains sont opposés au projet tel que présenté sur l'image virtuelle ci-dessus
2 images
Les riverains sont opposés au projet tel que présenté sur l'image virtuelle ci-dessus - © Tous droits réservés

L'inquiétude d'une partie des habitants de Marcinelle et Mont-sur-Marchienne est bien réelle depuis que l’on parle d’un projet de mise à sens unique d'une portion de l'avenue Paul Pastur, l'un des axes principaux qui dessert Charleroi en venant de Thuin ou Montigny-le-Tilleul.

Dans le projet de ligne de bus à haut niveau de service, imaginé pour désengorger le sud de Charleroi, les voitures ne pourraient plus descendre cette avenue mais bien la monter. Le tout sur une portion de 800 mètres entre la rue du Beau Site et le parking De Cock.

Les riverains et commerçants, comme Christophe Burton, ne comprennent pas l'intérêt : "Ca veut dire que tous les commerces qui sont en deça de la rue du Beau Site seraient impactés évidemment par 50% de visibilité en moins. Y compris les commerces dans les sites avoisinants l'avenue Paul Pastur qui seraient impactés également. Le but est de rediriger les usagers par la rue du Beau Site pour pouvoir reprendre le ring de Charleroi et pouvoir à ce moment-là accéder à Charleroi directement par les différentes sorties. C’est tout à fait aberrant surtout qu’il faut savoir que, le matin aux heures de pointe, le ring est tout à fait encombré et donc ça ne fera que renforcer ces encombrements. D’après les comptages, il y aurait 14.000 voitures qui emprunteraient l'avenue Paul Pastur et cela engendrerait entre 2.000 et 5.000 voitures supplémentaires dans la rue du Beau Site. "

Améliorer la mobilité mais pas n'importe comment

Un autre riverain, Simon Duterme, ne comprend pas mieux le projet : "Nous sommes complètement impactés par ce projet qui dévierait une grande partie de la circulation actuelle dans des quartiers résidentiels. Quand on regarde, c’est une portion qui compte quand même pas mal de commerces, qui compte des riverains qui ont besoin de stationnements. Ils le perdront en, partie. Sur 800 mètres, ce bus ne pourra pas atteindre une vitesse de croisière particulièrement importante : il n’atteindra pas les 50 km/h avec des vélos notamment dans son site propre. Le gain de temps sur 800 mètres pour retomber après dans la circulation et les bouchons, sera réellement très faible. On n’est absolument pas contre l’idée d’améliorer le transport en commun dans la région avec du transport écoresponsable comme le vélo. Si ce n’est pas au détriment des commerçants locaux et du fonctionnement de la commune, pourquoi pas ? Mais ici, on ne comprend pas réellement quel sera le réel gain de temps pour le bus en comparaison des problèmes qu’il va y avoir pour les commerçants et pour les riverains."

On le voit : personne ne conteste cette ligne de bus, au contraire. Même en site propre. Mais pourquoi, alors, ne pas laisser une bande pour les voitures de chaque côté de cette portion de rue qui comprend pas mal de commerces, des restaurants, une salle de sport ou encore un concessionnaire automobile.

Du côté de la SRWT, la Socété Régionale Wallonne du Transport, on tempère. Une enquête publique va démarrer dans quelques mois et tous les avis seront pris en compte dit-elle. Quant à la Ville de Charleroi, elle attend de connaître le projet final avant de prendre position.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK