Taxes américaines : les fromages de Chimay en première ligne

La guerre commerciale se poursuit entre les Etats-Unis et l'Europe, l'Organisation mondiale du commerce a autorisé le gouvernement américain à taxer des produits européens pour une valeur de 7,5 milliards d'euros, en représailles aux subventions européennes accordées au Groupe Airbus durant des années. Chez nous, ce sont notamment les fromages de Chimay qui sont en première ligne face à cette réaction de Washington. Eux, subissent déjà les représailles américaines mais d'autres produits pourraient bientôt suivre.

Plusieurs centaines de fromages reposent encore tranquillement dans la cave d'affinage du Groupe Chimay. Un processus complexe et très surveillé mais une partie d’entre eux sont presque arrivés à maturation, ils entameront sous peu un grand voyage, direction l'autre côté de l'atlantique : " nous avons par exemple ici des fromages divers-cendrés, qui sont destinés spécifiquement aux USA " nous montrent Sévrine Toussaint, la responsable du site. " Ce sont des fromages qui vont être emballés fin de cette semaine pour un départ en bateau la semaine prochaine " complète-t-elle.

Rien d'étonnant lorsque l’on sait que les Etats-Unis sont la première destination des ventes de fromages de Chimay à l'étranger : 7% du volume total de l'entreprise y part chaque année. Seulement voilà, depuis plusieurs semaines leur prix a considérablement augmenté sur ce marché-clé : " à partir du moment où vous exportez aux Etats-Unis, vous avez un code douanier. Et le code douanier dans lequel se trouve les fromages de Chimay a été impacté par des sanctions américaines et se retrouve surtaxé de vingt-cinq pour-cent " détaille Vincent Carton, le responsable exportations du Groupe Chimay. " Cela change évidemment la donne au niveau des prix et au niveau des volumes vendus " ajoute-t-il.

Avec une telle surtaxe du jour au lendemain, le risque c'est évidemment que les acheteurs américains ne se détournent de la marque belge pour des produits moins taxés. Une menace qui plane désormais aussi sur d'autres produits belges : les gaufres, les moules, les confitures et les saucisses belges sont officiellement dans le viseur du gouvernement américain. Inscrits sur une liste où on retrouve aussi les whiskys irlandais et écossais, des fromages comme le Cheddar, le Parmesan ou l'Emmental, ces produits étaient auparavant épargnés mais pourraient subir des taxes allant cette fois-ci jusqu’à cent pour-cent. C'est à dire que ces produits coûteraient deux fois plus chers qu'en Belgique à leur arrivée sur le territoire américain.

A Chimay, si un tel cas de figure devait effectivement se présenter, on craint des conséquences sur l'entreprise et ses partenaires dans la région : " il faut savoir que les fromages de Chimay collecte le lait trente à quarante kilomètres autour de la fromagerie. Donc il y a potentiellement un impact sur l’approvisionnement en lait au niveau régional, sans compter l’impact futur sur la fromagerie elle-même " s’alarme Vincent Carton.

 Toutefois, aucune suppression d'emploi n'est pour le moment prévue à la fromagerie. Tout dépendra des décisions des clients américains et des commandes de l'année prochaine. A l'échelle du pays, seule une infime partie des exportations belges vers les Etats-Unis est concernée, un dixième de pour-cent à peine, mais pour les entreprises impactées, cela fait tout de même une grosse différence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK