Tournaisis: "Les bêtes avaient de l'eau jusqu'au ventre, et moi aussi!"

Il a fallu rentrer les vaches complètement encerclées par les flots
7 images
Il a fallu rentrer les vaches complètement encerclées par les flots - © Vinciane Votron

"Moi ça va, je n’ai eu que 12 litres au m², constatait ce matin cet agriculteur de la ferme du Pont Caillou à Rongy, mais à La Glanerie il y a eu 80 litres. Les écluses de Saint-Amand en France sont fermées alors le niveau monte. À 5 heures du matin, j’ai dû rentrer les bêtes sinon elles avaient de l’eau jusqu’à la moitié du ventre et moi aussi ! ".

"Maintenant ça va la décrue a commencé, poursuit-il, le niveau baisse, la dernière fois que j’ai connu une situation comme celle-là c’était en 2004 et depuis je n’avais plus jamais rien eu". Les 160 bêtes de cet agriculteur ont donc du être rassemblées dans l’étable comme en hiver "on ne sait pas aller contre la nature, hein !" constate-t-il fataliste.

L'armée en renfort

"Hier à minuit le bourgmestre avait prévenu une famille là plus loin dont la maison est en contrebas à Brunehaut, mais ils n’ont pas voulu partir et finalement ils ont dû être évacués par l’armée parce que même avec un tracteur ce n’était pas possible. Il a fallu l’intervention d’un camion de l’armée qui est beaucoup plus haut. La maman et les enfants sont partis mais le monsieur a voulu rester là."

On n’a pas le choix, c’est le moral qu’il faut

Rita Auten a connu la même mésaventure. Elle habite Howardries, petit village de 67 âmes situé entre Brunehaut et la frontière française. Ce mercredi matin, elle faisait visiter sa demeure. "Voilà je suis obligée d’entrer par la fenêtre, j’arrive directement dans ma chambre qui est complètement inondée, explique Rita en enjambant l’appui de fenêtre, donc je n’ai plus de lit, je n’ai plus rien. Ici dans ma cuisine, j’avais relevé les meubles mais pas assez haut, l’eau est arrivée jusqu’à hauteur de la glace de mon feu, donc voilà."

Rita ne compte pourtant pas évacuer. Comme beaucoup d’autres, fataliste, elle attendra que l’eau s’évacue.

"Regardez, là dans ma cuisine les casseroles flottent. Dans ma salle-de-bain et ma buanderie tout est également inondé. Plus de congélateur, plus de machine à laver, plus de lave-vaisselle, hier l’eau remontait dans la baignoire jusqu’à la moitié de celle-ci. La véranda aussi est touchée, elle est huit centimètres plus haut que les autres pièces mais elle a aussi été touchée. Je suis en colère, soupire-t-elle les larmes aux yeux. Maintenant il va falloir faire sécher tout cela et puis je ne sais pas quand l’électricité va revenir…Mais on va y arriver… On n’a pas le choix, c’est le moral qu’il faut".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK