Le château de Moulbaix adjugé à 1 400 000 euros, sous réserve de surenchère

Le château de Moulbaix qui était mis en vente à la chambre des notaires de Tournai ce mercredi matin.  Du jamais vu pour les notaires et les participants à la vente.
4 images
Le château de Moulbaix qui était mis en vente à la chambre des notaires de Tournai ce mercredi matin. Du jamais vu pour les notaires et les participants à la vente. - © Libre de droits

Le château de Moulbaix a déjà trouvé preneur.  Sous réserve de surenchère dans la quinzaine, c'est Herman Govaert, un chef d'entreprise de Wetteren  qui s'est offert cette luxueuse bâtisse du XIXème, abandonnée depuis le décès de ses propriétaires, le comte et la comtesse d'Ursel.

 

Une septantaine de personnes se sont présentées à la vente publique du château de Moulbaix organisée ce mercredi à la maison des notaires de Tournai. Les propriétaires n'ont pas laissé l'accès à la presse. Mis à part un Français on ne comptait que des Belges parmi les candidats acquéreurs.

Le public était essentiellement composé d'industriels et de chefs d'entreprise, parmi lesquels Eric Domb, le patron du parc Pairi Daiza. L'assemblée comptait également des amateurs de patrimoine, des photographes et des habitants du village de Moulbaix.

 

La vente, très rapide, s'est jouée entre deux ou trois personnes -essentiellement Eric Domb et Herman Govaert. C'est donc ce dernier qui a raflé la mise, pour la somme de 1 400 000 euros. L'acheteur, homme d'affaires de la région gantoise, autrefois actif en politique (Open VLD), n'a pas voulu en dire plus sur ses ambitions pour le château. "Je veux le rénover, et le faire bien. Pas pour y habiter". Selon le bourgmestre d'Ath, Marc Duvivier, Herman Govaert a des projets dans l'immobilier. Des logements de standing pourraient voir le jour à Moulbaix, peut-être une seigneurie. Les autorités athoises veulent rencontrer début de semaine prochaine les acquéreurs du château (rappelons qu'une surenchère est toujours possible...).

 

La ville d'Ath a quant à elle fait l'acquisition du moulin de Moulbaix (3000 euros) et des deux hectares qui l'entourent (70 000). Les 29 hectares de bois sont, eux, partis pour 350 000 euros. La vente la plus longue fut celle des quelque 200 hectares de terres agricoles. Certains lots ont atteint des montants astronomiques: les 18 hectares, adjugés à 915 000 euros, ont marqué les esprits. Dans l'assistance, nombreux étaient les déçus. Un couple de jeunes fermiers n'a pu retenir ses larmes en observant les enchères s'envoler. "Acheter des terres, pour eux, c'est inabordable. Et si les terres qu'ils louent se font racheter par des spéculateurs, les loyers vont augmenter", nous expliquait une agricultrice. Pour elle, les prix atteints lors de cette vente, "c'est de la folie".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK