Social: la "Maison Plurielle" menacée de disparition à Charleroi

La Maison Plurielle est située à la rue Tumelaire à Charleroi
La Maison Plurielle est située à la rue Tumelaire à Charleroi - © Google Street View

La "Maison Plurielle" est une petite association carolo qui s'occupe, entre autres, des personnes victimes de violences familiales et des mariages forcés. L’asbl connaît de graves problèmes financiers, elle est en danger et  c'est même sa survie qui se joue actuellement. De son côté, la Ville traîne à verser les subsides et envisage même de supprimer ce service en 2017.

Créée en 2009, avec un champ d'action plus large que le centre communal d'aide aux victimes à qui on la compare parfois, la "Maison Plurielle" emploie quatre personnes qui y gèrent, en moyenne, 85 dossiers par trimestre. Elle est financée par la Région Wallonne, et par la Ville de Charleroi. Et c'est là que ça coince : la Ville met de plus en plus de temps à payer sa quote-part annuelle et cela met à chaque fois le couteau sur la gorge de cette petite structure.

Alors, au conseil communal carolo de ce lundi soir, on devrait normalement voter la subvention de cette année. Mais si cela est plutôt une bonne nouvelle, la suite est toutefois inquiétante. Le collège communal propose en effet de mettre fin à la collaboration en 2017, parce que, souligne-t-il, "Les problèmes financiers de la Maison Plurielle sont récurrents et ses missions sont déjà réalisées en grande partie par le service d'aide aux victimes, l'asbl Office de réadaptation sociale et l'asbl Santé en exil."

Officieusement, il se dit que la structure est surtout victime de règlements de compte internes au parti socialiste et de querelles de personnes. Les problèmes financiers auraient été volontairement créés pour mettre l'asbl à genoux.

Du côté de la Ville, on murmure que les activités étaient fortement ralenties ces derniers temps et que la gestion financière laissait fort à désirer. Une chose est sûre: si aucune solution n'est trouvée, ce sont les personnes aidées par la "Maison Plurielle" qui n'auront plus de lieu d'aide et d'écoute.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK