Terrorisme à Charleroi: l'assaillant des policières n'était sans doute pas un loup solitaire

Le 6 août 2016, deux policières de la zone de police de Charleroi ont été attaquées, devant l’entrée du commissariat, par un homme armé d’une machette. Ce dernier avait été abattu par la police.

Compte tenu des éléments recueillis, un dossier de terrorisme avait alors été ouvert par le parquet fédéral et un juge d’instruction spécialisé en matière de terrorisme saisi pour faire toute la lumière sur cette tentative d’assassinat terroriste.

Ce mercredi matin, huit perquisitions ont été exécutées dans la région de Charleroi à la demande du magistrat instructeur. Ces perquisitions ont notamment eu lieu à Farciennes, Charleroi, Châtelet et Fleurus.

Six personnes ont été privées de liberté et emmenées pour audition approfondie. Le magistrat instructeur décidera dans le courant de la journée de leur remise en liberté ou de leur éventuel placement en détention préventive.

Plusieurs armes blanches ont été saisies dont plusieurs similaires à celle utilisée lors de l’attentat (une machette).

Selon le porte-parole du parquet fédéral, contacté par la RTBF, l’enquête ne privilégierait donc pas l’hypothèse du loup solitaire, mais plutôt d’un homme bien encadré, ayant bénéficié de soutiens et d’appuis, c’est en tout cas ce que les enquêteurs cherchent à démontrer. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK