Share a Bike: lancement d'une expérience-test de vélos partagés à Mons

Illustration
Illustration - © Pixabay - Domaine public

Enfourcher un vélo au pied de votre immeuble, le déposer devant votre travail et l'y laisser jusqu'à ce qu'une autre personne en ait besoin. Voilà le principe du dispositif de vélos partagés testé à partir de ce mardi dans la ville de Mons. 

Ce nouveau système, baptisé "Share A Bike", fonctionnera sans bornes. En effet, "la plupart des systèmes de vélos partagés comme on en trouve à Namur ou à Bruxelles fonctionnent avec l’installation de bornes sur les trottoirs, auxquelles les vélos doivent être attachés", nous explique Jean-Marc Godart, coordinateur du projet. "Ici, on propose un système où les vélos peuvent être laissés un peu partout dans la ville, attachés à un support fixe quelconque. Cela évite de devoir installer des bornes, ce qui coûte cher, et cela évite aussi à l’utilisateur de devoir trouver la borne à laquelle laisser le vélo lorsqu’il n’en a plus besoin." Les futurs cyclistes pourront ainsi choisir librement où aller chercher leur vélo et où le déposer, ce qui rendra l’utilisation de ce concept beaucoup plus facile que dans les autres villes.

Les utilisateurs devront posséder un smartphone puisqu’une application mobile a été créée spécialement pour gérer le système de partage. Celle-ci permettra de localiser le vélo dont on a besoin, éventuellement de le réserver pour éviter qu’un autre utilisateur ne le prenne, et enfin elle permettra de verrouiller et de déverrouiller le vélo sous forme de cadenas électronique.

Ce système de vélos partagés va fonctionner sur l’ensemble de la ville de Mons, incluant l’intra-muros et pouvant s’étendre par exemple jusqu’au Grand Large, aux Grands Près, etc. Et ce sont l'Université de Mons et l'Université de Namur qui ont travaillé ensemble pour répondre à un appel à projet de la Région wallonne. 

Une période de test avant de décider d’un lancement officiel

Une centaine de volontaires peuvent tester le projet à partir de ce mardi et ce, pour une durée 3 semaines. Ce test va permettre "de valider le fonctionnement du système, de voir si tout fonctionne comme on l’attend. Et sur base de cela, on pourra décider si la technologie peut être appliquée dans d’autres villes et en particulier à Mons." La Ville pourra ainsi décider si elle souhaite ou non poursuivre l’expérience.

Ornella Mancini, chargée de communication événement à l'UMons, a accepté de relever le défi afin de pouvoir aider au développement du projet. Selon elle, l'utilisation de vélos partagés sans bornes semble beaucoup plus pratique et plus judicieuse dans une ville comme Mons. "Personnellement, c'est dans le cadre de mon boulot que je souhaite utiliser ce système afin de pouvoir stationner entre les différents bâtiments de l'Université de Mons." Elle ajoute que, la ville étant petite, "pouvoir utiliser le vélo et le mettre au pied de là où on arrive semble beaucoup plus intéressant que de devoir le déposer à une borne et de devoir encore faire cinq à dix minutes à pied pour se rendre là où on veut. C'est un projet qui présente pas mal d'avantages contre quelques inconvénients seulement, comme la pluie par exemple. Et j'attends avec impatience de faire ce test avec Share A Bike" 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK