Séparation, célibat : quand la solitude vous isole de plus en plus

Illustration
Illustration - © Belga - AFP

Plus d’un couple belge sur deux connaît la séparation. Et les statistiques le prouvent : de plus en plus de personnes sont célibataires chez nous. Quand une séparation intervient à un âge 'mûr', il est parfois compliqué de retrouver une vie sociale épanouissante.

Prenons l’exemple de Sophie (prénom d’emprunt) : à plus de 40 ans, elle se retrouve célibataire. Alors, la solitude, elle s’y attendait mais pas à ce point-là : "Vous perdez vos repères familiaux, des amis qui choisissent ou ne choisissent pas. Vous êtes parfois déraciné parce que vous déménagez. Et vous perdez des moyens financiers. On se sent perdu. On se sent en insécurité. Et en même temps on est face à un défi et donc on développe une force intérieure à laquelle on ne croyait pas."

Un constat que font bon nombre de célibataires d’âge mûr. La faute à notre modèle sociétal, explique Pascal De Sutter, professeur en psychologie à l’UCL : "Une bonne partie de la société occidentale contemporaine est basée autour de la famille, du couple et des enfants. Surtout quand on a entre 30 et 50 ans, on est à un âge où on est dans une famille avec un couple et des enfants. Quand on y est plus, le système n’est pas organisé pour ça. Les vacances ne sont pas organisées pour ça. Les lieux de rencontre ne sont pas organisés pour ça. Ce qui fait qu’on se sent véritablement un peu seul."

Un véritable enjeu de société quand on sait que, d’après des chiffres récents du Bureau du Plan, d’ici 40 ans, la moitié des ménages belges seront composés d’une seule personne. Ce sera donc en 2060, une époque où nous devrions être treize millions de Belges d’après les projections.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK