Sécurisant mais pas obligatoire et assez cher : les détecteurs de CO sont boudés par les Wallons

Détecteur de CO
Détecteur de CO - © Santeri Viinamäki

Les températures baissent et il est temps de relancer le chauffage. C’est aussi une période à risque pour les intoxications au monoxyde de carbone (CO).

Le CO vient de faire ses premières victimes. Et c’est le même scénario chaque année : le monoxyde de carbone, souvent qualifié de tueur silencieux, fait des ravages. Il y a toutefois moyen de s’en protéger en s’équipant d’un détecteur.

Dans une enseigne de bricolage en région de Charleroi, Etienne est vendeur et nous confie que : "Pour un détecteur de monoxyde de carbone, il faut compter une quarantaine d’euros. Il y a moins de demande pour des détecteurs de CO que pour les détecteurs de fumée qui sont moins chers."


Il faut ajouter aussi que, contrairement aux détecteurs de fumée, les détecteurs de monoxyde de carbone ne sont pas obligatoires en Wallonie.

Pour Michel Méant, le porte-parole des pompiers de la zone de secours Hainaut,
"Les détecteurs de CO sont intéressants à placer, surtout dans les salles de bains équipées d’un chauffe-eau au gaz. Ou bien sur des chauffages d’appoint, au pétrole notamment car plutôt bon marché, ou des chauffages au charbon avec des combustions vives. Or, dans notre région où la paupérisation est hélas assez importante, on trouve beaucoup ce genre de chauffages d’appoint souvent dans beaucoup de maisons assez vétustes. Et c’est là justement, dans ce genre de maisons, que les personnes vont essayer de calfeutrer au maximum les fenêtres pour éviter les déperditions de chaleur. Mais, en faisant cela, on empêche le renouvellement de l’air et, forcément, le CO va arriver beaucoup plus facilement. Il faut savoir que les détecteurs de CO sont plus onéreux que les détecteurs de fumée et les gens regardent parfois à quelques dizaines d’euros alors que ça sauve indéniablement des vies."

Des conseils qui sont donc très importants à l’approche de l’hiver et de la chute des températures prévue d’ici quelques semaines.

Journal télévisé 22/10/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK