Saint-Nicolas source de cadeaux, d'attente et de peurs

Saint-Nicolas
2 images
Saint-Nicolas - © KRISTOF VAN ACCOM - BELGA

Le Saint Patron des écoliers a garni, comme chaque année, les petits souliers des enfants sages : cadeaux, chocolats et bonbons, parfois à profusion. Cette date du 6 décembre fait partie des grands moments attendus. Les enfants trépignent d'impatience parfois depuis plusieurs semaines. Une attente importante pour le développement de l'enfant. "Saint-Nicolas, Noël, la Chandeleur ... toutes ces fêtes sont des repères pour les enfants, une structure temporelle" explique Tristan Mairiaux, pédagogue à la Haute école en Hainaut. "Ils n'ont pas de notion du temps. Il n'est pas rare d'entendre un enfant parler de son anniversaire 'qui a eu lieu hier' alors que c'était il y a un mois. Cette structure temporelle viendra avec les années".

Cette attente est donc très importante dans le développement de l'enfant, tout comme l'attente du cadeau. "Les cadeaux à tout va, ce n'est pas bon. Il perd sa notion de récompense". Pour le pédagogue, l'enfant doit apprendre la frustration "c'est un sentiment important. Il faut pouvoir postposer ses envies, expérimenter la frustration sous peine de voir se développer un enfant roi".

Une peur irrationnelle

"Saint-Nicolas apporte dans sa hotte des milliers de bonbons et de jouets aux enfants sages", l'adage est bien connu, mais au moment de rencontrer le Saint Patron, de nombreux enfants sont terrorisés. Une peur qui peut sembler irrationnelle aux yeux des adultes, mais "il est tout a fait normal d'avoir peur", assure le pédagogue Tristan Mairiaux.

Pour sa sécurité, l'enfant doit apprendre la peur sans pour autant vivre un traumatisme, "la peur de traverser la route sans regarder, de parler à un inconnu".

Par contre, il peut y avoir de très nombreuses causes à cette peur. "Sur le terrain de la psychologie, on pourrait faire une comparaison entre Saint-Nicolas et le père, à la fois gentil et méchant. L'enfant peut également confondre ses fantasmes avec la réalité, où il a tout simplement peur d'être jugé".

Ce dernier point peut s'avérer particulièrement important si les parents ont joué sur l'idée que Saint-Nicolas n'apportera pas de cadeaux si l'enfant n'est pas sage. Tristan Mairiaux de conclure que "ce n'est pas une bonne idée, surtout qu'on sait que Saint-Nicolas est très gentil et donne des cadeaux de manière inconditionnelle"

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK