Saint-Ghislain: plus de terrasse dès 22 heures

22H en terrasse: on ferme ...mais la police promet la souplesse
22H en terrasse: on ferme ...mais la police promet la souplesse - © Marie-Anne Brilot

C’est un des articles du règlement de police qui vient d’être rappelé aux gérants d’établissements possédant une terrasse et avec les beaux jours qui reviennent, on fait plutôt grise mine dans la Cité de l’Ourse. Et pourtant ce sont les cinq communes couvertes par la zone de police boraine qui sont concernées. Il s’agit, outre Saint-Ghislain, de Boussu, Quaregnon, Colfontaine et Frameries.

Un coup dur pour l'Horeca 

N’empêche, du côté de la Grand-Rue et de la gare de Saint-Ghislain, cela râle ferme. "J’ai investi dans du nouveau mobilier, des plantes exotiques pour embellir les terrasses de mes brasseries" nous explique ce gérant de deux établissements, "l’été est la plus grosse saison pour notre chiffre d’affaires et ce que nous gagnons avec les beaux jours et bien cela compense ce qu’on perd en hiver". Un peu plus loin, un collègue ne dit pas autre chose, "ça nous fout un coup au moral, on dirait que la commune n’est pas avec ses indépendants, on ne fait pas grand-chose pour dynamiser la ville, que du contraire, on nous met encore des bâtons dans les roues. Et maintenant, cette interdiction sans compter  des restrictions sur le matériel, les panneaux…cela fait beaucoup".

Jouer la carte de la prévention 

A la police boraine, le commissaire divisionnaire Jean-Marc Delrot tempère, "un policier a été chargé d’aller dans chacune des communes expliquer qu’on jouait la carte de la prévention et pas de la répression. L’article 30 relatif à la fermeture des terrasses à 22H figure dans le règlement général de police depuis juin 2016. On rappelle cela aujourd’hui et on attire l’attention des gérants afin d’éviter des problèmes. Même si ce ne sont pas les incidents que l’on a pu connaître à certains moments qui nous motivent dans cette action". Et le commissaire d’appuyer sur le clou : "pas question de faire la chasse à la terrasse!". Si une patrouille devait se retrouver face à des terrasses occupées après l’heure fixée, pas question d’intervenir non plus si aucun trouble n’est constaté. Ce qui n’empêchera sans doute pas de distribuer quelques avertissements.

Si certains commerçants n’excluent pas de lancer une pétition dans les prochains jours tant ils regrettent le manque de communication avec les autorités communales, d’autres disent comprendre la mesure. Ainsi, Melvin qui tient un café avec terrasse près de la place de Sinat-Ghislain et c’est sûr, il se sent moins ciblé que ses collègues situés près de la gare. "A titre personnel, je peux comprendre ce rappel car il faut bien comprendre qu’il y a aussi les riverains qui peuvent parfois saturer et qu’ils veulent dormir à une certaine heure. Plus il fait tard, plus les personnes en terrasse sont sous l’emprise de l’alcool dans la plupart des cas mais je parle en mon nom personnel car j’ai un café dont les clients partent assez tôt". A Saint-Ghislain, on n’a pas fini de parler de cette décision…en terrasse. Reste maintenant à voir la façon dont chacun gèrera la mesure.                   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK