Restructuration de Bridgestone à Frameries, conséquence directe de la crise du secteur aérien

Les séances d’information se suivent au sein de l’usine Bridgestone Aircraft Europe. Assemblées générales ce mercredi, réunions avec la direction ce jeudi. Et au centre de ces rencontres, un seul sujet : le plan de restructuration annoncé ce 4 janvier en conseil d’entreprise extraordinaire. Bridgestone a le projet de se séparer d’une vingtaine de collaborateurs sur le site de Frameries (18 membres du personnel et 2 sous-traitants). Les coûts salariaux devraient être également réduits de 15%.

La cause, tout le monde la connaît, c’est le ralentissement des activités lié à l’épidémie du covid et à la crise du secteur aérien. L’usine de Frameries est spécialisée dans le rechapage de pneus d’avion, son savoir-faire est reconnu à travers le monde, elle a une position dominante dans cette activité en Europe, Afrique et Moyen Orient, avec 40% de part de marché.

On comprend sans longues explications les conséquences directes de la baisse du trafic aérien sur l’usine boraine diminution d’activité de 60% en 2020). Les syndicats partagent ce constat mais veulent prendre le temps d’explorer des pistes permettant de réduire au maximum le nombre de licenciements. Frédéric Michel, permanent FGTB décrit le coup de bambou reçu en ce début d’année par le personnel : "quand on travaille depuis de nombreuses années, dans une entreprise en bonne santé avant la crise Corona, on peut comprendre que ce genre de nouvelle est difficile à entendre".

La direction de son côté se dit prête à discuter avec les partenaires sociaux. "La porte est ouverte" déclare le CEO, Michael Codron. Mais il explique aussi que l'entreprise ne peut pas se permettre de faire des pertes pendant trois ans.

Ecoutez ci-dessous ses propos recueillis en interview radio.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK