Réparateur de machine à laver, un métier d'avenir?

Pendant 18 mois maximum, les bénéficiaires du CPAS se forment à réparer les électroménagers
Pendant 18 mois maximum, les bénéficiaires du CPAS se forment à réparer les électroménagers - © RTBF-Montero

Il fallait y penser. Le CPAS de Mons forme actuellement des stagiaires à la réparation de l'électroménager. Votre ancienne machine à laver, avant, elle était simplement recyclée. Maintenant, elle est réparée avec les pièces d'une autre machine foutue.

Articles 60 en formation

David a 47 ans. Il est à la recherche d'un emploi. Depuis peu, il est bénéficiaire du CPAS. Avant il était soudeur. Mais peut-être qu'une nouvelle profession s'offre à lui. Dans un atelier du CPAS de Mons, il apprend à réparer des machines à laver. Le tambour de la machine se met en route... Ca marche! "J'ai simplement remplacé le condensateur. Avec le temps, cette petite pièce ne fait plus son travail. Il suffit simplement de la remplacer."

Origine des pièce de rechange

Mais d'où vient le stock de pièce de rechange? Du group Colruyt qui vend des électroménagers. Et qui est aussi obligé légalement de reprendre tous les appareils défectueux de ses clients. La patience et les mains des articles 60 font le reste. 
Une idée du CPAS de Mons, soutenue par le ministre Di Antonio et de l'ASBL ressources, sa porte parole Arabelle Rasse: " L'idée vraiment c'est de redonner confiance aux bénéficiaires du CPAS. Et puis aussi de leur permettre de se former à un métier d'avenir. La récupération, c'est vraiment dans l'air du temps."

Une fois réparé... et avant d'être vendu, les électroménagers... sont testés. Ce qui a permis en prime à David d'apprendre à laver son linge! "Ahah, c'est vrai que chez moi, ce n'est pas moi qui m'en occupe. Je ne savais pas combien de produit il fallait mettre".  

Une fois réparé les électro ménagers sont revendus à moindre prix aux personnes dans le besoin. 
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK