Refus d'expulser une famille albanaise à Charleroi: Paul Magnette persiste et signe

Refus d’expulser une famille albanaise à Charleroi : Paul Magnette persiste et signe
Refus d’expulser une famille albanaise à Charleroi : Paul Magnette persiste et signe - © Belga - Benoit Doppagne

Paul Magnette persiste et signe. Il l'a répété ce mercredi : il ne demandera pas à la police de Charleroi d'expulser une famille albanaise installée à Charleroi depuis huit ans.

Tout a commencé lundi soir au conseil communal où, interpellé par le PTB, Paul Magnette a expliqué qu’il avait demandé à sa police de ne pas exécuter l'ordre d’expulsion d'une famille albanaise. Une famille soutenue depuis des semaines par de nombreux Carolos. Mais cette résistance de Paul Magnette irrite la secrétaire d'Etat à l'asile et la migration Maggie De Block. Pour elle, le bourgmestre de Charleroi ne respecte pas la loi. " Faux " répond Paul Magnette : "Je respecte intégralement la loi. La loi me confie l’autorité sur la police communale et c’est à moi de déterminer à quel moment il y a un risque de trouble à l’ordre public et à quel moment la police locale doit intervenir. En l’occurrence, dans ce dossier-là pour moi, il n’y a aucun problème d’ordre public donc il n’y a aucune raison que la police locale intervienne."


Paul Magnette estime aussi que le fédéral se trompe de cible : "Depuis des années, nous demandons que le fédéral mette tous ses efforts sur les personnes en situation illégale qui posent des problèmes en matière d’ordre public comme, par exemple, dans le cas de trafic de drogue ou dans le cas de trafic et de traite des êtres humains. Nous trouvons un peu absurde de concentrer des moyens fédéraux sur les familles qui ne posent pas de problèmes et, dans le même temps, de laisser courir en rue des gens qui, eux, posent des problèmes d’ordre public."

Pour preuve, Paul Magnette avance un chiffre : seulement trois pourcents des personnes arrêtées dans le cadre de trafics à Charleroi ont été reconduites dans leur pays d'origine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK