Quentin Vande Wattyne défend les couleurs de l'Excel Mouscron sur le terrain virtuel

Le Montois de 20 ans est ce qu'on appelle un e-player. Son truc à lui, c'est la PlayStation et le célèbre jeu de football Fifa.
3 images
Le Montois de 20 ans est ce qu'on appelle un e-player. Son truc à lui, c'est la PlayStation et le célèbre jeu de football Fifa. - © RTBF

Dans le dos de son maillot blanc et rouge, il arbore un grand numéro 80 et son pseudo "Shadoow". Quentin Vande Wattyne est le 19e transfert estival de l'Excel Mouscron. Un nouveau joueur qui, contrairement aux autres, n'a pas été engagé pour briller sur le terrain.

Car le Montois de 20 ans est ce qu'on appelle un e-player. Son truc à lui, c'est la PlayStation et le célèbre jeu de football Fifa. Vice-champion de Belgique de la discipline en 2016, Quentin rêvait de représenter un club professionnel. "Quand j'ai entendu qu'Anderlecht organisait un tournoi de qualification, je m'y suis inscrit. Malheureusement je n'ai pas eu beaucoup de chance, reconnaît-il franchement. Côté wallon, je savais que le Standard avait déjà un représentant, je me suis donc tourné vers Mouscron. Et l'Excel a tout de suite été sensible à ma proposition."

Un argument marketing pour le club

C'est donc avec Quentin Vande Wattyne que Mouscron est devenu le troisième club belge à monter sur le terrain virtuel. Concrètement, cela veut dire que le jeune homme portera le maillot de l'équipe lors de chaque tournoi. "D'ici quelques mois, il y aura des tournois internationaux. Comme beaucoup de clubs ont investi dans l'e-sport, j'affronterai peut-être le représentant de Schalke 04 ou du PSG. J'ai en tout cas envie de me frotter aux meilleurs."

Du côté du club mouscronnois, on ne voit que des avantages à se lancer dans l'e-sport. "Quentin va nous assurer une présence lors de tournois internationaux, lâche Gauthier Facon, le directeur marketing de l'Excel. Ça va donner une image jeune et dynamique du club, et peut-être attirer de nouveaux partenaires."

L'Excel entend aussi faire progresser l'e-sport en Belgique : "On va suggérer aux autres clubs de Pro League de se lancer aussi. Histoire de mettre sur pied un championnat de Belgique virtuel, comme cela se fait notamment en France où chaque club est représenté par un joueur de PlayStation.", détaille Gauthier Facon.

Ecoutez notre reportage audio :

De l'entraînement et... un manager

En attendant, pour être au point et engranger des résultats, Quentin s'entraîne beaucoup. "Jusqu'à 16h par jour lors de la sortie du jeu, histoire de le maîtriser dans les moindres détails", explique-t-il. Car au niveau professionnel, ce sont souvent les détails qui comptent: "les matchs sont d'ailleurs très serrés", commente le néo-Mouscronnois.

Pour réaliser une performance, il faut un mental d'acier. Raison pour laquelle Quentin s'est entouré d'un manager Kevin Defrise. Ce dernier est un peu son entraîneur. "On joue l'un contre l'autre, je suis son sparring-partner, explique Kevin. Mon rôle est aussi de le soutenir lors des tournois, quand Quentin traverse une mauvaise passe. Comme pour les vrais sportifs, ça peut arriver dans une saison."

"Mon rêve ? Pouvoir représenter la Belgique"

Dans un coin de sa tête, Quentin a un rêve. "Pas spécialement de jouer pour un grand club. Mais plutôt d'un jour pouvoir représenter la Belgique à la coupe du monde. Chaque année, il y a un tournoi mondial. J'espère pouvoir m'y qualifier pour porter les couleurs de mon pays au plus haut, et celles de Mouscron par la même occasion."

Mais avant cela, Quentin se concentrera sur le championnat de Belgique, le 1er octobre prochain. Histoire de décrocher une couronne nationale qui lui avait échappée de peu en 2016.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK