Que peuvent faire les entrepreneurs carolos pour les ouvriers de Caterpillar?

Ce mercredi soir à Charleroi, une centaine de chefs d'entreprise de la région se sont réunis au Sporting de Charleroi pour une soirée d'information liée à Caterpillar. Initiative du Forem, du club d'affaires carolo B4C et du Sporting de Charleroi, il est apparu, au terme de cette réunion, que l'urgence concerne bien les sous-traitants de Caterpillar.

Le personnel de l'usine de Gosselies attendra, lui, le dénouement de la procédure Renault dans plusieurs mois avant d'être sur le marché de l'emploi.

Des patrons, solidaires, sont donc venus écouter les explications du Forem pour savoir comment s'y prendre pour embaucher du personnel de Caterpillar ou des sous-traitants. Certains sous-traitants, eux-mêmes, étaient également présents pour savoir ce qu'ils peuvent faire dans l'état actuel des choses.

Frédéric Agnessens dirige la société Alumatic à Fleurus. Comme d'autres patrons, il se dit prêt à engager du personnel de Caterpillar s'il voit des profils intéressants. Mais ce personnel ne sera pas disponible tout de suite, procédure Renault oblige. La priorité est donc de se tourner vers les nombreux sous-traitants.

Aujourd'hui, nous n'existons plus

Jean-Marie Vassart avec sa société Imprim Express à Ransart était un peu l'imprimeur officiel de Caterpillar Gosselies. Un sous-traitant qui, aujourd'hui, ne sait pas ce qu'il va devenir: " Aujourd’hui, nous n’existons plus. Beaucoup de problèmes de facturation et de paiement. Je n’espère plus grand-chose à part me retrousser les manches. Je ne suis pas pessimiste pour moi. Je suis pessimiste pour ceux qui vont venir après. "

Et puis, il y a les sous-traitants de deuxième ligne qui ne sont pas encore tous identifiés. D'où l'urgence d'informer ces fournisseurs de l'usine de Gosselies de ce qu'ils peuvent faire dès à présent. Stéphanie Wyart, la porte-parole du Forem, explique: " Nous on peut aider en terme de réorientation et de formation des travailleurs pendant des périodes de chômage économique par exemple. Donc, ce sont des outils qui sont essentiels et parfois méconnus. Donc on est là pour les présenter. "

Cette première réunion ne sera pas la dernière. Le milieu économique de Charleroi fait bloc et tentera à son niveau de limiter la casse. Même si l'ampleur de la tâche semble insurmontable.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK