Projet de zoning à Escanaffles-Orroir: les riverains veulent des précisions

Le beau vélo de Ravel traversera les communes de Celles, Mont-de-l'Enclus et Avelgem ce samedi 8 août. Virginie Guemjom et le comité Vigilance citoyenne profitent de cet événement pour lancer un appel aux habitants des deux communes au sujet du projet de zoning.

Un toutes-boîtes a même été distribué ce mercredi dans les boîtes aux lettres d'Escanaffles, d'Orroir et d'Amougies. "Le projet de zoning Celles-Orroir n'est pas abandonné, il revient sur la table. Des réunions sont prévues sur les deux entités. Une traversée de sites industriels n'est certainement pas ce qu'apprécieraient des promeneurs ou des participants au Ravel, en quête de beauté et de nature", glisse Virginie Guemjom.

Cette dernière demande des explications. "Nous ne savons pas qui est derrière ce projet, pour qui c'est organisé, pour quelles entreprises... C'est le flou total et il est dès lors difficile pour nous, les riverains, de se poser même les bonnes questions. Avoir des informations claires et précises, c'est la moindre des choses."

Le comité d'opposants craint des nuisances relatives au charroi, l'accès à l'autoroute située à une quinzaine de kilomètres passants par des villages. Il craint également un impact sur le paysage du Mont-de-l'Enclus, "une commune à vocation touristique".

Et Virginie Guemjom de poursuivre : "À quelques semaines de la tenue de réunions citoyennes concernant les modalités du projet et ses contours, il serait bon que l'intercommunale se souvienne de ses promesses et rassure la population qui craint de voir l'environnement rural actuel réduit à néant par un énorme zoning qui défigurerait le paysage. En 2012, Ideta était formelle dans son communiqué de presse, après que les riverains ont crié au scandale et que les autorités communales sont montées au créneau : pas 40ha, mais maximum 15 à 20 ha. Par ailleurs, Ideta promettait que le zoning serait le plus éloigné des habitations et se rapprocherait au plus près du site actuel de Galactic."

Virginie Guemjom croit déjà relever des contradictions. "Le rapport d'incidences, indépendant, était en défaveur du projet tel que ficelé en 2011-2012. Or, Ideta présente la même carte qu'en 2012. C'est ce que j'ai obtenu à la commune du Mont-de-l'Enclus. Et puis, pourquoi étudier 40ha si l'on n'en veut que 15ha ? Je ne comprends pas."
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK