Première wallonne à Montigny-le-Tilleul: l'hôpital Vésale inaugure un gîte de naissance

Première wallonne à Montigny-le-Tilleul: l’hôpital Vésale inaugure un gîte de naissance
2 images
Première wallonne à Montigny-le-Tilleul: l’hôpital Vésale inaugure un gîte de naissance - © rtbf.be - Luciano Arcangeli

Il y a du nouveau pour les mamans et les papas de la région de Charleroi. L’hôpital Vésale vient d’inaugurer une nouvelle unité baptisée gîte de naissance. Il s’agit d’une première en Wallonie pour ce lieu exceptionnel qui permet aux femmes de mettre au monde leur enfant dans les conditions les plus naturelles possibles.

L'initiative en est née il y a deux ans, soutenue à la fois par le médecin chef de service de gynécologie, et le responsable des sages-femmes de Vésale. Il s'agissait de répondre aux souhaits de futures mères désireuses d'accoucher de manière naturelle, sans surmédicalisation mais dans un milieu sécurisé. Cela ne leur était possible jusqu'ici qu'à la clinique Erasme, à Bruxelles, ou dans une "maison de naissance" proche d'un hôpital acceptant les transferts.

L’avantage de ce gîte est qu’il se trouve au sein de l’hôpital et que, en cas de problème tant pour la mère que pour l’enfant, le suivi médical adéquat se trouve déjà dans les murs qui accueillent le gîte.

Le gite de naissance de Vésale comprend des espaces dédiés à la préparation à l'accouchement, des cabinets de consultation pour les sages-femmes et deux salles de naissance avec, pour chacune d'elles, une baignoire de dilatation et un lit double, et une salle de détente destinée à la famille proche. Les locaux techniques attenants sont discrets.

Ce gîte de naissance, aujourd'hui composé de deux chambres, a été mis en service en mai dernier. Au début de cette année, le CHU Vésale a également rénové son unité de néonatalogie, avec un paysager de quatre lits et de trois chambres mère-enfant, appelée "chambres kangourou". Y sont accueillis les nouveau-nés nécessitant une attention particulière, notamment en raison de leur prématurité. Elles offrent à l'enfant, par un contact peau à peau, un développement et une récupération plus rapides, qu'au nourrisson installé en couveuse, sans séparation précoce entre la mère et l'enfant.

500 mamans en phase d’accouchement pourront bénéficier des services de cette nouvelle structure chaque année.