Première Guerre mondiale: Messines, le centenaire d'une offensive explosive

Il y a près de 100 ans, le 7 juin 1917, commençait la bataille des Mines, généralement appelée bataille de Messines. La seconde bataille plus exactement. Le programme des festivités du centenaire est déjà bouclé.

Cela a été une grande attaque alliée mise au point par les Britanniques sur Messines mais également sur Wijtschate (entité de Heuvelland), en venant de Ploegsteert (entité de Comines-Warneton). Il s'agit là d'un épisode de la Première Guerre mondiale qui a permis d'atteindre des objectifs importants. Une bataille exceptionnelle à bien des égards. Le prélude d'une offensive plus générale.

Tunnels sous le no man's land de l'Yser

Les soldats allemands et du Commonwealth se faisaient face sur le front de l'Yser depuis trois ans. La plaine de l'Yser avait été inondée pour freiner l'avancée des ennemis. Pour sortir de cette situation, pendant deux ans, les soldats alliés ont notamment creusé des tunnels sous le no man's land jusque vers les tranchées allemandes pour y poser des mines. Un travail dangereux car il ne fallait pas se faire repérer par l'armée allemande qui veillait à ce que des galeries ne soient pas creusées sous leurs nez.

L'offensive a duré une semaine. Elle a été lancée le 7 juin 1917 à 3h10. Pour les soldats alliés, c'était Zero Day, et Zero Hour. Le jour et l'heure zéro. Le début d'un renversement de situation tant espéré.

500 tonnes d'explosifs

La bataille a commencé avec l'explosion de 19 mines pour un total de plus de 500 tonnes d'explosifs! Cela a détruit les défenses allemandes de première ligne. Lors de cette bataille, les soldats de terre ont reçu un soutien aérien. Il s'agit de bombardements alliés jamais vus jusqu'à ce moment, avec 3,5 millions de projectiles !

Autre fait marquant : Irlandais catholiques et protestants ont combattu pour la première fois côte à côte lors de cette bataille.

"Une bataille terrible"

Il s'agit également de l'offensive britannique ayant remporté le plus grand succès durant la Première Guerre mondiale, mais pour quel macabre décompte ? 45 000 victimes, dont 11 000 Australiens et Néo-Zélandais.

"Il y avait un véritable épuisement des soldats mais les Britanniques ont voulu forcer l'évolution de la guerre. Ce fut une bataille terrible", commente Paul Breyne, commissaire général aux Commémorations de la Première guerre mondiale, et par ailleurs ancien bourgmestre d'Ypres, député fédéral et gouverneur de Flandre occidentale.

100 ans plus tard, les communes de Messines, de Heuvelland et Comines-Warneton commémorent ensemble cette bataille, en collaboration avec les ambassades d'Australie, d'Irlande, de Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni, "en collaboration avec les pays qui ont combattu ici pour notre liberté", souligne encore Paul Breyne.

Perspectives

Pour Paul Breyne, les événements d'il y a 100 ans mettent aussi en perspective ceux de 2016 : les morts, les destins brisés, l'exil, les villes détruites... "Les gens de la région ici montrent un intérêt pour la Grande Guerre. On n'en sait plus aujourd'hui concernant les opérations militaires, mais aussi l'exil des habitants par exemple. Vous savez, mes grands-parents étaient réfugiés en Normandie en France. Mon père était ce que l'on appelait un enfant de l'Yser. Il a vécu 4 ans dans une colonie scolaire près de Paris."

"Et il est important de se commémorer. De se souvenir. D'interpréter ce qu'il s'est passé il y a 100 ans. De faire cela pour faire passer un message de paix. Cela ne semble pas réaliste quand on voit ce qu'il se passe aujourd'hui dans le monde. Mais il faut faire cela, commémorer, et promouvoir une paix un peu plus durable. Et il faut faire cela notamment avec les jeunes d'aujourd'hui, pour que le message de paix perdure dans le temps."

Le programme du centenaire

Plusieurs moments forts ont été programmés pour le centenaire de la bataille de Messines.

Les cérémonies. Pour lancer le programme des commémorations, plusieurs cérémonies, très prenantes émotionnellement, sont prévues durant toute la journée du 7 juin 2017.

Le Kraterfront. L'explosion des 19 mines a modifié le paysage de la région. Cela a créé des cratères, tels des cicatrices rappelant sans cesse le passé. Le projet GoneWest va commémorer, le 10 juin 2017, la bataille et les cratères historiques avec le Kraterfront. Soit une soirée débutant avec une animation de type soundscape (ou paysage sonore) et une installation de lumières se terminant avec de multiples concerts. Cela se passera sur le territoire de l'entité de Heuvelland.

Trois expos. La maison culturelle de Messines va accueillir, de juin à novembre 2017, une exposition, via 100 histoires personnelles, 100 récits, sur la Nouvelle-Zélande et la Première Guerre mondiale. La jeune nation a payé un très lourd tribut lors de la guerre 14-18.

Le centre touristique de Kemmel (entité de Heuvelland) va abriter, de janvier à novembre 2017, une exposition sur les traces laissées dans le paysage par les explosions de mines de juin 1917. Les cités de cette région ont quasiment été rayées de la carte. Les explosions de mines, elles, ont formé d'immenses cratères.

À côté du centre touristique de Kemmel, l'église va abriter une expo sur la participation irlandaise dans la guerre mondiale, sur le fait que les soldats irlandais catholiques et protestants avaient fait fi de leur désaccord pour combattre un ennemi commun.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK