Pour la Ville de La Louvière, le projet de nouveau stade Tivoli proposé par la RAAL est irrecevable

Au mois de mars de cette année, la Ville de La Louvière lançait un appel à projets pour l’aménagement d’une plaine sportive pluridisciplinaire sur une partie du site du stade du Tivoli. Et, selon un communiqué des autorités louviéroises, "Les porteurs de projet devaient, sous peine d’irrégularité de leur offre, se conformer à une clause particulière dite clause Orban. Cette clause, qui est reprise dans l’acte de propriété de la Ville et dont elle ne peut se dégager, l’oblige à ne jamais céder tout ou partie du fond de cette plaine des sports à une société déterminée pas plus qu’à un particulier de manière qu’elle reste en tout temps accessible à toutes les sociétés sportives indistinctement."

Selon les responsables de la Ville, cette condition d’intérêt collectif semblait constituer un obstacle important pour le club de football de la RAAL (Royale Association Athlétique Louviéroise). Et de poursuivre en indiquant que "malgré les différents échanges intervenus entre les services communaux et la RAAL, l’analyse juridique de son offre conclut qu’elle ne permet pas de rencontrer les impositions de la clause Orban et qu’elle est donc irrecevable."

La Ville déclare encore regretter cette situation et confirmer sa volonté d’assurer un développement harmonieux du site du Tivoli en garantissant les intérêts de la collectivité et, notamment, les attentes légitimes exprimées par les clubs sportifs de plusieurs disciplines dont l’athlétisme. Et elle conclut son communiqué en soulignant qu’elle prendra, dans les prochaines semaines, toutes les initiatives utiles pour ce faire.

Surprise et déception à la RAAL

De son côté, la RAAL a réagi également par un communiqué de presse dans lequel elle exprime son étonnement et sa déception : " À la surprise générale, à quelques jours d’une nouvelle réunion finalement annulée, la Ville de La Louvière a signifié l’irrecevabilité du projet de nouveau stade initié par la RAAL. La décision est aussi désolante que le timing adopté par l’administration communale. Les instances politiques avancent la clause Orban pour justifier l’irrecevabilité. La RAAL La Louvière est pourtant persuadée que des pistes de solutions existaient pour une issue favorable. En gardant la tête froide, la RAAL va prendre le temps d’encaisser la nouvelle. Sans se précipiter, le club va se poser pour réfléchir, analyser la situation et tenter de rebondir. Pour l’heure, la déception prime. Le projet de nouveau stade incarnait un dynamisme neuf et ambitieux, non seulement pour la RAAL La Louvière mais aussi pour la Ville de La Louvière et la région du Centre."

Y a-t-il encore, à partir de ces faits, une possibilité de trouver une solution entre ces interlocuteurs ou cet épisode de la vie communale louviéroise sera-t-il définitivement rangé aux oubliettes ? La question fera certainement encore débat pendant quelque temps dans la région du Centre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK