Police et justice sensibles au nombre record de voitures incendiées dans le Hainaut et, surtout, à Charleroi

Illustration
Illustration - © STRINGER - BELGA

1.570 incendies de voitures dans le Hainaut : c’est le chiffre interpellant constaté sur l’ensemble de la province en l’espace de 20 mois. Ces chiffres ont été analysés par les autorités judiciaires et policières qui ont décidé de mettre sur pied plusieurs actions. L’objectif est, bien entendu, de réduire drastiquement le nombre de ces incendies.

Le constat, est en effet, dur pour le Hainaut puisque 30% des incendies de véhicules en Belgique ont lieu dans la province. Et plus de la moitié de ceux-ci étaient situés dans la région de Charleroi. Un constat qui impose une réaction.

Vincent Fiasse, le procureur du Roi de Charleroi, est explicite par rapport à cette réaction : "Les autorités judiciaires, c’est-à-dire le procureur du Roi de Mons et moi-même ainsi que les autorités de police, ont décidé de faire une analyse plus précise pour avoir une image concrète du phénomène. Et ensuite d’attaquer ce phénomène par différents moyens d’action."

Il y a d’une part tous les actes criminels dus au vandalisme et aux règlements de compte mais aussi l’incendie pour masquer le vol de papiers. Des délits pour lesquels l’action policière sera renforcée. Et puis, l’autre cause principale, c’est la fraude à l’assurance : incendier son véhicule pour toucher l’assurance. Là, des actions spécifiques et inédites seront mises en place. Vincent Fiasse précise à ce propos : "Tout d’abord, il y aura un policier de référence dans chaque zone. Ce qui permettra aux compagnies d’assurances, si elles constatent qu’il y a des éléments laissant penser à une fraude, de les communiquer immédiatement à ce policier de référence. Une deuxième chose sera l’établissement d’un canevas de procès-verbal dans lequel on aura toute une série de questions type."

Des questions sur d’autres sinistres antérieurs ou la valeur assurée par exemple. Des questions qui, croisées avec les données des assureurs, devraient permettre au policier référent de confondre plus facilement ceux qui se risquent à cette fraude à l’assurance.

Archives : Journal télévisé du 11/11/2017

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK