A Sirault, Jean-Christophe Vanderelst, jeune viticulteur belge

Jean-Christophe Vanderelst devant ses jeunes vignes
3 images
Jean-Christophe Vanderelst devant ses jeunes vignes - © Tous droits réservés

Plus d'un million de litres de vin produit en Belgique en 2015. Ce sont les estimations du SPF Economie dévoilées aujourd'hui par le quotidien flamand Het Belang van Limburg. C'est presque le double qu'en 2014. Selon les spécialistes, il y a deux explications à cette augmentation. La première, le beau temps de l'an dernier, les raisins étaient de bonne qualité. La seconde, il y a de plus en plus de vignes. 235 hectares en 2015, c'est trois fois plus qu'il y a 10 ans. Et ça va encore augmenter. 

A Sirault, près de Mons, un tout nouveau vigneron se lance dans l'aventure. Jean-Christophe Vanderelst a planté ses premières vignes la semaine passée.

Un premier vin dans quatre ans

1815 pieds de vignes sur un terrain, 485 à deux autres endroits du village. Pour l'instant, on ne voit que des centaines de rangées de piquets métalliques avec au pied une branche de 10 cm. Dans quelques mois, cette vue aura bien changé. "On aura une grande forêt vierge de vignes, elles vont monter à un mètre, un mètre et demi d'ici la fin de l'été", explique Jean-Christophe Vanderelst, jeune vigneron. "Alors les raisins, on aura de minuscules baies cette année-ci mais on peut espérer une belle récolte dans trois ans, un premier vin dans quatre ans. La première récolte ne devrait pas être excellente donc un bon vin à déguster, ce sera plutôt dans 5 ans." 

Ce vin devrait s'appeler Securiacum. L’origine la plus probable du nom du village de Sirault. Il y a quelques mois, Jean-Christophe Vanderelst a eu envie de plus. "J'avais lu l'année passée un article qui disait que le vin belge était en pleine expansion. La Belgique est le pays de la bière et bientôt du vin", espère-t-il. "Passionné par le vin, j'ai eu envie de me lancer moi aussi, j'ai mis le pied à l'étrier."

Cépages de Souvignier gris et de Johanniter

Très vite, il se renseigne, il est coaché. Ils trouvent les réponses à ses premières questions. Comment planter? Dans quel sol? Comment entretenir ? Et surtout quels cépages? "J'ai remarqué qu'en Belgique, on plantait surtout des cépages résistants aux maladies et aux températures", constate Jean-Christophe. "Comme j'ai eu envie de me lancer d'abord dans le vin blanc, j'ai opté pour les cépages de Souvignier gris et de Johanniter."

Jusqu'ici, le jeune vigneron a investi près de 20 000 euros pour se lancer. A présent, il n'a plus qu'à attendre que les vignes se fortifient. Le temps pour Jean-Christophe d'acheter et de se familiariser avec les cuves de vinification. Rendez-vous dans 4 ans pour goûter le résultat.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK