Piqué par une araignée? Impossible!

"Des animaux magnifiques"... Un point de vue que tout le monde ne partage pas ...
3 images
"Des animaux magnifiques"... Un point de vue que tout le monde ne partage pas ... - © Florence Dussart - RTBF

Vous pensez avoir été piqué par une araignée parce qu'une rougeur est apparue sur votre jambe au cours de la nuit?

Im-po-ssi-ble! D'abord parce que l'araignée ne pique pas, elle mord! Ensuite parce qu'aucune des espèces qu'on trouve en Belgique n'est capable de mordre (donc!) la peau humaine. Si vous avez une petite boursouflure consécutive à une piqûre, il faudra vous trouver un autre coupable.

Cette information, nous la tenons de Reinold Leplat, directeur du Parc Naturel des Plaines de l'Escaut. Ce dimanche, il a rassemblé une vingtaine de passionnés et de curieux autour d'une animation dont le but consistait à découvrir les araignées de nos maisons et jardins.

Si vous ne supportez pas de les voir... imaginez ... que certains passent leur dimanche à les dénicher, les capturer, les observer, et puis les relâcher.

"Je les respecte, elles me respectent"

Ils se sont donné rendez-vous cet après-midi dans un éco-jardin de Quevaucamps (Beloeil): "J'ai toujours aimé les araignées. En tous cas je les respecte, et elles me respectent je pense", philosophe cet amoureux de la nature. A quelques pas, un autre s'interroge : "je ne sais pas pourquoi les gens ont peur des araignées. Dans le temps, il y en avait dans les maisons, c'était normal... c'était rare les gens qui avaient peur des araignées". 

Des napperons sur leur abdomen

Pour vaincre sa peur, rien de tel que de s'informer. "Ce sont des animaux très utiles, magnifiques et passionnants, résume Reinold Leplat, directeur du Parc Naturel des Plaines de l'Escaut. Leur réputation est très disproportionnée. Elles échappent à nos étalons de beauté, c'est vrai. Mais quand on s'y intéresse vraiment, elles ont sur leur abdomen des dessins en formes de napperons, des motifs fabuleux, des couleurs... Et puis, de manière générale, elles ont tellement développé de techniques particulières pour attraper leurs proies: elles se camouflent, elles chassent à l'affût, elles courent après leurs proies, elles les surprennent. Il y a même une petite espèce chez nous qui leur crache dessus pour les immobiliser!" Ce faisant, les araignées nous débarrasseraient de 400 millions de proies (insectes et invertébrés) par an et par hectare.

Cette jeune femme qui écoute les explications du spécialiste, n'est pourtant pas spécialement franche avec les bébêtes à huit pattes: "j'aime bien tout  ce qui est nature, les plantes, mais les araignées, je ne suis pas à l'aise avec ce genre de bête. C'est plus par intérêt scientifique que je viens", avoue cette visiteuse qui conclut: "c'est vraiment très joli à voir".

Il est vrai qu'il ne fallait pas être arachnophobe pour regarder ces petites bêtes à la loupe ce dimanche à Quevaucamps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK