Péruwelz: une pêche solidaire pour rapprocher les différences

Junior et son professeur/pêcheur d'un jour
3 images
Junior et son professeur/pêcheur d'un jour - © Marie-Anne Brilot

Didier, Rudy, Dominique sont pêcheurs depuis de très nombreuses années, passionnés et généreux. Pendant plusieurs heures, ils ont décidé d’initier des enfants autistes ou souffrant d’un handicap mental à leur passion. Ces enfants âgés de 7 à 16 ans fréquentent l’Institut médico-pédagogique L’Espéranderie et le service d’aide à l’intégration Le Passeur situés à Péruwelz.

Une joyeuse bande autour de l'étang

C’est autour de l’étang situé à deux pas de la caserne des pompiers de Péruwelz que tous se sont retrouvés pour partager une belle expérience. Pour Sophie His, éducatrice, "cette expérience permet à nos enfants de quitter le quotidien de l’institution et de la seule relation avec les éducateurs. Je les vois très à l’aise avec leur professeur/pêcheur d’un jour et c’est pareil pour les pêcheurs, j’imagine qu’il y a eu une petite appréhension au départ mais cela fonctionne très bien entre eux".

Henri, Max et Varoun ajustent leur canne à pêche, "je n’ai pas encore pêché de carpe" nous dit Henri un peu dépité. Autour de l’étang, les binômes d’un jour s’appliquent à taquiner les poissons qui, une fois pris au piège sont tout de suite remis à l’eau. L’ambiance est belle et sereine.

    

Une expérience utile pour les éducateurs

"D’habitude, certains de ces enfants sont hyper agités, ont beaucoup de mal à se concentrer, ici on les sent apaisés et calmes" poursuit Sophie His, " c’est vraiment intéressant à voir pour nous qui travaillons tous les jours avec eux". Et ce travail des éducateurs ne passe pas inaperçu dans notre petite communauté de pêcheurs qui s’est mobilisée pour l’occasion. Didier, admiratif, "on se dit que les éducateurs ont énormément de mérite et de patience". Pas d’énervement chez les "professeurs", eux-aussi font preuve de patience. "J’aimerais que mon élève soit un peu plus attentif", nous dit un de ces passionnés, "mais sinon ça va". C’est le service Egalité des chances du Plan de cohésion sociale de la commune de Péruwelz qui a lancé ce concept de pêche solidaire avec le club des pêcheurs de Jaunay-Clan. "L’expérience a déjà eu lieu l’an dernier" nous explique l’échevine Nathalie Deplus, "nous voulions à nouveau proposer cette initiation pour les enfants et faire une journée complète cette fois". Car les enfants ont pu profiter d’un barbecue après avoir reçu leur brevet de participation. Ils auront passé une super journée au milieu de la nature et chose importante: ils sont repartis avec des conseils de pros pour que la prochaine partie de pêche soit encore plus réussie.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir