Participer aux JMJ coûte que coûte: "Si on vit dans la crainte, on ne fait plus rien"

Les jeunes catholiques à Cracovie
Les jeunes catholiques à Cracovie - © Tous droits réservés

Ils sont une petite dizaine de jeunes du doyenné de Tertre, dans le Hainaut. Ils ont pris la route de Cracovie où se déroulent les JMJ, les Journées Mondiales de la Jeunesse. Au programme : des messes, des temps de prière, mais pas aussi des rencontres avec des jeunes venus du monde entier.

Belinda Thmura est à la tête de ce groupe: "On est ici pour nous découvrir nous-mêmes, pour faire des rencontres. Les mots que l'on peut retenir de la journée, c'est 'smiley', 'rencontre', 'bonheur'. On est abordés par des personnes des quatre coins du monde : du Brésil, du Pérou, des Etats-Unis, de France. On fait des photos, on s'échange des pin's, des drapeaux. Ce sont des rencontres très riches pour les jeunes."

Par mesure de précaution, les jeunes se sont inscrits sur le site de l'ambassade belge, pour signaler leur présence en Pologne. Malgré les attentats répétés, les jeunes veulent garder la foi: "On entend parler des attentats chaque jour. Ca fait peur parce qu'on se dit que cela pourrait nous arriver. Mais si on vit dans la crainte, on ne fait plus rien. Il faut rester les pieds sur terre et pouvoir dire qu'on vit dans la joie et dans le partage. On n'a pas peur de prier plutôt que de faire la guerre. La prise d'otages et l'égorgement du prêtre de Saint-Etienne du Rouvray, cela nous a retournés. On s'est dit qu'on allait le porter en prière", explique Belinda. Et d'ajouter: "Je vois les jeunes sourire depuis qu'on est arrivés et tous ces attentats ne pourraient pas nous enlever ce sourire.

Le Pape est arrivé hier en Pologne pour participer à ces JMJ. Le point d'orgue de ces journées, c'est évidemment la messe de clôture que le Souverain Pontife dira dimanche.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK