Nouvelle descente sur le chantier de Google à Baudour: 225 travailleurs illégaux découverts

La justice vient à nouveau de mettre la main sur des travailleurs illégaux sur le chantier de Google à Baudour (Hainaut). 227 travailleurs n'étaient pas en ordre sur ce chantier de construction du troisième data center du géant informatique. Un chantier de 250 millions d'euros, sur lequel on a découvert ce jeudi, pour la deuxième fois en 15 jours, des travailleurs illégaux: la justice a en effet mis la main sur 115 travailleurs illégaux il y a 15 jours (des Roumains et des Bulgares). 

Elle vient d'en surprendre 225 de plus (de toutes nationalités, mais parmi lesquels des Anglais et beaucoup de  Hongrois), soit au total 340 ouvriers qui ne sont pas en ordre. Tout comme la fois passée, leur badge d'accès au chantier a été bloqué.

Fin novembre, fait rarissime, les sociétés (anglaises) qui emploient les clandestins avaient régularisé tout le monde, en une fois, sous la pression de Google sans doute. Mais la justice l'auditeur du travail Charles-Eric Clesse va demander le paiement des lois sociales et une amende record.

Google n'a pas voulu répondre à nos questions. Mais voici son communiqué: "Nous avons demandé à ISG, notre principal entrepreneur en construction, responsable de tous les travailleurs sur le site, de coopérer pleinement avec les services d’inspection sociale et de résoudre tout problème le plus rapidement possible. Google a mis en place un code de conduite clair pour ses fournisseurs, qui sont contractuellement tenus de respecter toutes les lois et réglementations locales en vigueur. Il est important pour nous que cette affaire soit réglée."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK