NLMK poursuit sa restructuration et réduit ses pertes

Le groupe NLMK souffre de la crise. Les derniers chiffres ne sont pas bons : les pertes cumulées atteignent les 80 millions d’euros . Depuis le début de cette année, des mesures sont prises pour faire des économies sur les différents sites du groupe sidérurgique en Belgique.

Celui de Jemappes est le plus durement touché puisqu’il va fermer ses portes. 60 emplois sont perdus. A la Louvière, les discussions qui ont déjà débuté il y a plusieurs mois sont à l’arrêt en cette période de vacances. Elles reprendront en septembre. Pour l’instant, les syndicats espèrent éviter les licenciements secs. 14 postes seront supprimés. Il s’agirait plutôt de départs volontaires ou d’intérimaires non reconduits. Enfin à Clabecq, il est prévu de supprimer 50 postes en 2 ans. Les ouvriers concernés seront en grande majorité recasés en interne. Selon les syndicats, la facture sociale a pu être réduite et il n’y aurait plus que quelques licenciements secs prévus. Une réunion pour en discuter est encore programmée ce lundi. De son côté, la direction affirme qu’il n’a pas eu de récente décision pouvant susciter de nouvelles inquiétudes chez les travailleurs. Celle-ci précise par ailleurs que les économies décidée cette année ont déjà permis de réduire les pertes . A La Louvière celle-ci sont passées de 14 à 2 millions d’euros.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK