Mouscron : le groupe Cargill investit 4 millions d'euros pour produire du chocolat allégé en sucre

Pas si facile de produire du chocolat allégé en sucre
4 images
Pas si facile de produire du chocolat allégé en sucre - © Charlotte Legrand

Manger du chocolat mais sans le sucre qui le compose, c’est ce que réclament de plus en plus de consommateurs accros à cette douceur. Il s’agit donc pour les producteurs de s’adapter car la concurrence est rude sur le marché. Le géant de l’agroalimentaire Cargill l’a bien compris, en témoigne cet investissement de 4 millions d’euros sur son site de Mouscron, un site qui ne cesse d’être à la pointe de la recherche et du développement en la matière. Et le défi est de taille car le chocolat ne se laisse pas transformer facilement.

Vanessa Barey goûte du chocolat depuis plusieurs mois. Pas par simple gourmandise. Mais à des fins de recherche scientifique. Chez Cargill, Vanessa tente de trouver les ingrédients miracle. Qui remplacent le sucre sans altérer ni le goût. Ni la texture du chocolat. "On dispose d’études qui montrent que les consommateurs veulent combiner le chocolat et le plaisir. Se débarrasser de la culpabilité et des problèmes de conscience" nous explique la jeune femme, ingénieur de formation. "On suit donc cette tendance. Développer des produits réduits en sucre innovants, plus gourmands. De plus en plus de pays mettent aussi en place des taxes sur le sucre comme en Grande-Bretagne. Avec un objectif : réduire le taux de sucre d’ici 2020. On doit en tenir compte." Chez Cargill, on utilise donc des ingrédients de substitution, des glucides, des protéines, des fibres, "des fibres issues de la chicorée, par exemple! Le but n’est pas de ramener du sucre, surtout pas, mais bien de le remplacer tout en préservant la douceur du chocolat, son onctuosité, sa texture...c'est ça le challenge!" L'entreprise s'adapte aux demandes de chacun de ses clients. "Certains demandent par exemple l'utilisation d'un seul ingrédient de substitution, d'autres veulent pouvoir afficher sur l'emballage qu'il s'agit de chocolat à teneur réduite en sucre, donc nous devons atteindre une réduction de 30%...ça dépend!" Et pas question de jouer aux apprentis sorciers, avec le chocolat! Sa composition est très réglementée, au niveau européen notamment. 

Mouscron, usine phare du groupe pour le chocolat

Après avoir doublé sa capacité de production à Mouscron en 2013 et investi quelque 35 millions d’euros, après l'installation d'une nouvelle ligne de production en 2018, Cargill continue donc d’étendre ses activités sur son site mouscronnois. Anne-Cécile Duhem, responsable de projet pour les programmes d’investissement à Mouscron, nous explique en quoi va consister ce nouvel investissement de 5 millions d’euros. "Il s’agira de nouveaux équipements qui vont permettre d’utiliser de nouveaux ingrédients qu’on va connecter sur nos lignes existantes pour fabriquer du chocolat liquide, solide, noir, au lait… Les chocolats seront faits ici. Pour partir chez divers clients en Europe et peut être ailleurs dans le monde. Mouscron est vraiment l’usine phare de Cargill pour le chocolat, les lignes étaient modernes donc c’était l’emplacement parfait."

Une étude montre que le consommateur est prêt aussi à payer son chocolat plus cher son chocolat moins sucré. Et la directrice générale des activités chocolat en Europe, Inge Demeyere y croit dur comme fer : "si on regarde tous les investissements consentis depuis plus de 15 ans, je suis convaincue qu’il y a des possibilités pour le futur. Les consommateurs font de plus en plus attention à leur santé et donc au sucre. Les chiffres en confiserie sont en croissance de 4% mais les chocolats en sucre réduits c’est une croissance de 9%."

Gràce à la toute nouvelle ligne de production, Cargill vise une réduction de 30% de la teneur en sucre dans ses préparations chocolatées. Et si les nouveaux produits conçus par Cargill ont du succès, cela pourrait se traduire au niveau de l’emploi.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK