Mouscron : "La Miaulerie", un bar qui rassemble les amoureux des chats

Angelo et Camille accueille les clients dans un bar à chats à Mouscron.
2 images
Angelo et Camille accueille les clients dans un bar à chats à Mouscron. - © Denis Vanderbrugge

Derrière la vitrine de "La Miaulerie", Oscar se prélasse sur l’arbre à chats. Le gros matou au pelage roux donne le ton : ici seuls les amoureux du ronronnement trouveront leur compte. "La Miaulerie", c’est en effet ce qu’on appelle un bar à chats. Le deuxième seulement à ouvrir ses portes en Belgique. Un concept inventé au Japon que les patrons Camille et Angelo ont décidé d’importer à Mouscron, leur ville d’origine.

Le bar propose à ses clients de boire un café ou déguster une pâtisserie, tout en étant accompagné de chats. Ils sont au nombre de huit dans l’établissement. Des jeunes félins bien souvent recueillis dans des refuges de la région, auxquels les patrons ont voulu donner une seconde chance. "On est tous les deux pâtissiers, expliquent Camille et Angelo. Et on aime aussi beaucoup les chats. Ce bar, c’est donc une façon d’allier deux passions. "

Des règles à respecter

Ouvert depuis quelques semaines, l’endroit a tout de suite trouvé son public. Des curieux, mais pas seulement. "On reçoit aussi la visite de gens qui aiment les chats mais qui, pour une raison ou une autre, ne peuvent pas en avoir chez eux, détaille Camille. Les gens viennent parfois de loin. On a eu des clients de Mons et même de Bruxelles." Le concept plaît manifestement. Si bien que "La Miaulerie" affiche de temps en temps complet. "Il arrive que des gens attendent debout que des places se libèrent."

Dans l’établissement, il y a une charte à respecter. Ne pas poursuivre les chats, ne pas les obliger à venir dans les bras mais aussi éviter de leur donner des pâtisseries, tout est écrit sur un imposant tableau affiché au mur. Mais les règles, ce ne sont pas que pour les humains. Les chats aussi ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent. "Pour une question évidente d’hygiène, ils sont bannis des cuisines. C’était d’ailleurs la seule exigence de l’AFSCA. Pour le reste, nous jouons la carte de la transparence. Les gens peuvent voir ce qui se passe en cuisine. Ils voient que les chats ne dorment pas sur les casseroles", sourit notre interlocutrice.

Pour éviter tout burn-out, les patrons ont aménagé un espace privé à l’étage. Les chats peuvent s’y réfugier lorsqu’ils veulent se reposer durant la journée. "Mais dans les faits, ils n’y vont pas souvent, indique Camille. Ils préfèrent rester en bas."

"On ne peut pas craquer"

En quelques semaines, le bar à chats a déjà capté quelques habitués. C'est le cas de Théo. Il s’y rend régulièrement. "Je suis un amoureux des chats, dit-il. J’en ai quatre chez moi. Mais j’apprécie vraiment venir ici pour la convivialité de l’endroit." Le client a son préféré : Akela, un petit chaton noir très dynamique. "Il vient spontanément lorsque je m’installe ici. Surtout quand je commande un petit pain au chocolat. Le plus dur, c’est de ne pas lui en donner un morceau. On ne peut pas craquer."

Mission presque impossible devant ces petites boules de poils. Qui ne s’attendaient probablement pas à susciter autant d’enthousiasme à Mouscron.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK