Mouscron doit prendre des mesures pour assurer la fourniture en eau potable à ses habitants

C'est désormais assez courant, des communes organisent des réunions citoyennes par vidéo conférence. C'était le cas à Mouscron ce mardi soir. Une réunion au sujet de la production d'eau potable. Comment faire en sorte que la ville soit plus autonome? Comment éviter de se retrouver sans eau du robinet? Pour les autorités, il est nécessaire de rénover des installations vieillissantes ou mal sécurisées. Mais il faudra aussi installer un nouveau captage.

Les captages d'eau existants, qui alimentent la population mouscronnoise, sont actuellement au nombre de cinq, tous situés sur le site du Risquons Tout (en jaune sur l'image). Ils pompent 4 millions de mètre cube par an et approvisionnent toute la population ainsi que des dizaines d'industries. Mais ces captages ne sont plus en grande forme. En conséquence, le premier volet du projet est de rénover (remettre à neuf) trois puits seulement sur les cinq. De l'eau supplémentaire devra donc être pompée ailleurs : l'autre volet du projet, plus conséquent. Il s'agit de construire carrément un nouveau complexe de production d'eau, dans un autre quartier très résidentiel, le quartier du Bois Fichaux (en bleu sur l'image).
Si tout se déroule comme le veulent l'intercommunale IEG et la société wallonne des eaux, sur le site du Bois Fichaux on trouvera bientôt deux nouveaux puits, une station de traitement de l'eau, des réservoirs de grande capacité et un centre didactique. Le tout pour un budget de 10 millions d'euros. Les travaux pourraient débuter dans un an et se terminer 3 ans plus tard. 

Et si le projet est réalisé, l'eau devrait coûter un petit peu plus cher aux habitants de Mouscron. Vingt cents de plus au mètre cube. Cela a suscité des réactions, tout comme le risque de nuisances pour les riverains.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK