Morlanwelz : la disparition d'un sentier crée la surprise et irrite le bourgmestre

Selon nos confrères de la DH et de la Nouvelle Gazette du Centre, un citoyen, habitué des promenades quotidiennes en compagnie de son chien, a eu la désagréable surprise de constater qu’un sentier qu’il emprunte régulièrement avait tout simplement disparu. Il s’agit d’un sentier d’une longueur de 450m qui traverse les champs entre la rue de la Rosière à Morlanwelz et le cimetière de Mont-Sainte-Aldégonde. Le citoyen qui a constaté sa disparition explique sur les réseaux sociaux qu’il a vu des engins agricoles travailler tard dans ces champs la veille. Et, manifestement, l’entrepreneur n’y a pas été de main morte puisqu’il a totalement labouré le sentier qui se trouvait entre deux terres cultivables.

Les autorités communales ont bien sûr réagi. Et ce d’autant plus promptement que, apparemment, cela n’est pas une première. Par le passé, un tronçon du sentier avait déjà disparu sous les lames des charrues et l’agriculteur avait été averti.

Christian Moureau (PS), le bourgmestre, qualifie d’inacceptable cette appropriation. Cette fois, il a averti la police de l’environnement et mis un juriste sur le coup afin d’étudier quelles poursuites sont possibles. Rapidement, en tout cas, il exige la remise en état du sentier qui figure sur l’Atlas des voiries vicinales, un document géographique édité en 1841. L’existence de ce sentier ne date donc pas d’hier et il n’est pas question qu’il soit rayé de la carte.

Cela dit, cette situation est plus courante qu’on ne le pense. Pour éviter les flaques de boues de ces sentiers, les promeneurs marchent parfois sur le bord de ces chemins et piétinent les semis. Et puis, il y a malheureusement aussi les détritus qui se retrouvent dans les champs. Si bien que certains agriculteurs peu scrupuleux tentent régulièrement de faire disparaître ces sentiers. En Wallonie, de nombreuses associations négocient souvent avec les agriculteurs pour la préservation de ces chemins souvent bucoliques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK