Montigny-le-Tilleul : le restaurant L'Eveil des Sens va fermer ses portes

Laury Zioui pose à côté des plaques Michelin, synonyme de reconnaissance pour ce restaurateur passionné mais fatigué.
3 images
Laury Zioui pose à côté des plaques Michelin, synonyme de reconnaissance pour ce restaurateur passionné mais fatigué. - © Sarah Devaux

Plus qu’un métier, la restauration est un véritable sacerdoce si l’on en croit les grands chefs. Alors certains craquent… C’est le cas du couple à la barre de l’Eveil des Sens, une institution à Montigny-le-Tilleul, près de Charleroi. Lui en cuisine, elle comme sommelière. Mais leur complémentarité n’aura pas suffi à poursuivre l’aventure. Le restaurant, 1 étoile au Michelin et coté à 17/20 au Gault & Millau, fermera ses portes fin de semaine.

Un investissement personnel et financier considérable

Le téléphone n’arrête pas de sonner depuis que la nouvelle est tombée : des clients qui réservent une table tant qu’il en est encore temps car dimanche, l’Eveil des Sens fera son dernier service. "Ça a été une décision très difficile à prendre", explique Laury Zioui, le chef. "Nous avions besoin de souffler un peu. Mais c’est loin d’être un coup de tête", prévient-il.

Mais n’allez pas croire que l’étoile au guide Michelin a pesé dans la balance. "Ce n’est pas quelque chose qui me stresse en cuisine. Je fais les choses instinctivement. La cuisine, ça ne s’apprend pas : tu l’as ou pas. C’est dans tes tripes !" Une passion viscérale qui n’aura pas suffi. T.V.A, O.N.S.S., frais en tous genres, les coûts toujours plus élevés ont justifié cette fermeture, après près de 20 ans. "C’est tous les mois la même chose ! La priorité, c’est de payer le personnel. Ensuite, il y a les fournisseurs, des gens très fidèles en ce qui nous concerne. Certaines personnes nous ont proposé une aide, de devenir associé mais on a toujours géré ça à deux, ma femme et moi. On est très soudés. On veut continuer notre aventure ensemble, pour nous deux et nos enfants."

Un binôme complémentaire

Sans oublier l’équipe du restaurant. D’ici dimanche, elle travaillera d’arrache pied, comme elle l’a toujours fait, pour accompagner ce couple si complémentaire. "On est complices. On n’a pas toujours les mêmes goûts dans les vins. Parfois, c’est elle qui remet en question l’un de mes plats. On pouvait parfois se disputer mais sans agressivité. Elle a son avis, j’ai le mien et il y avait une belle égalité entre nous."

Un binôme qui manquera à ses clients : les occasionnels – parfois venus de loin grâce à la proximité de l’aéroport carolo – les people issus du monde politique, économique ou sportif et surtout les fidèles, forcément déçus. "C’est surtout cette clientèle-là qu’on aime. Cette semaine, ils nous ont tous fait pleurer". L’émotion est palpable dans la voix de Laury Zioui mais le couple est déterminé à rebondir : "on a pas mal de projets mais ça doit rester secret pour l’instant. Ce qui est sûr c’est qu’on reviendra pour défendre Charleroi."