Montigny-Le-Tilleul : L'hôpital André Vésale, une référence pour les plongeurs

Le caisson hyperbare du CHU Vésale
Le caisson hyperbare du CHU Vésale - © CHU Vésale

C’est à l’hôpital André Vésale à Montigny-Le-Tilleul, près de Charleroi, que toutes les victimes d’accident de plongée sont traitées.

Richard a eu la frayeur de sa vie lors de sa dernière séance. Un accident de plongée inexplicable qui a failli lui coûter cher. "La plongée s’était bien passée. On avait tout respecté. J’ai voulu attraper l’échelle. C’est à ce moment-là que j’ai senti mon bras s’endormir et puis tout le côté droit s’est endormi. Je me suis ensuite réveillé dans l’ambulance". Richard passe alors sept heures dans le caisson hyperbare, une cabine qui recrée une pression comme celle vécue à 18 mètres de profondeur. Ce traitement est la seule solution pour évacuer l’azote qui s’est coincée dans son cerveau.

Ce service de l’hôpital André Vésale est unique en Wallonie. C’est là aussi où les plongeurs amateurs ou professionnels passent leur test médical avant de se jeter à l’eau.

Stéphane Lefevre est médecin et plongeur lui-même. Il surveille la santé des plongeurs. "Nous vérifions si le plongeur est en bon état général pour plonger. J’ai toujours tendance à dire que la plongée est un loisir mais pour pratiquer ce loisir, il faut être sportif", explique le médecin, "d’autre part, il y a des spécificités propres à la plongée. Au niveau des poumons, des oreilles, et la tension trop élevée peut poser des problèmes par exemple".

Des professionnels viennent passer eux aussi leur examen. "Je pars la semaine prochaine dans les Caraïbes à Trinité-Tobago sur une plateforme pétrolière installer un nouveau pipeline entre deux plateformes", explique un scaphandrier croisé dans l’un des couloirs.

Cette spécialisation place l’hôpital Vésale comme une référence dans le milieu de la plongée.