Mons : une formation aux premiers secours pour chiens

Pour les mises en situation, les participants manipulent un chien en peluche.
2 images
Pour les mises en situation, les participants manipulent un chien en peluche. - © Guillaume Guilbert

Comment réagir si votre chien a un coup de chaud, se blesse ou s'empoisonne avec une boîte de médicaments? Comme pour les êtres humains, il existe des formations aux premiers secours pour... les chiens! Ce type de formation a eu lieu ce samedi après-midi à Mons.

Une formatrice bordelaise

Il y a très peu de formateurs au secourisme animalier en Europe. Formée aux États-Unis, Kimberley Johnson est venue de Bordeaux pour donner cette formation un peu spéciale. Après une première partie théorique, elle met l'accent sur des mises en situation concrètes. Par exemple, comment réagir quand vous assistez à un accident de la route, que le conducteur n’a rien mais que le chien se trouvant dans le coffre est éjecté de la voiture et présente des hémorragies. "On essaye de les mettre dans des situations diverses et variées, des situations qui peuvent leur arriver, explique Kimberley Johnson. De façon à ce qu’ils puissent se débrouiller, ce qui n’est pas forcément le plus simple. Il faut juste réfléchir et se dire : j’ai appris ci et ça, et je vais mettre ci et ça en pratique ".

Parmi les participants à la formation, il y a des particuliers, mais également des professionnels du secteur. Didier Gaspard est maître-chien à l’armée, il est venu avec deux autres militaires : " On a déjà quelques expériences au sein de l’armée, maintenant on s’enrichit toujours en suivant ce genre de formation. Elle est composée en deux phases : la phase où on apprend la théorie et les bandages de base, et puis la deuxième phase de mise en pratique dans différentes situation ". Le chien a avalé une boîte de médicaments, il titube. Que faire ? Jérémy Paque a dû réagir à cette situation imposée par la formatrice. Lui aussi connaît bien les toutous car il organise des randonnées dans les Fagnes avec des chiens. Et des accidents, ça arrive : " On est sur une période de chasse. Un chien peut être chargé par un sanglier, il va toujours aller chercher l’endroit où il ne faut pas aller. Donc, grâce à ces conseils, on peut intervenir rapidement, donner les premiers soins le temps de prévenir un vétérinaire de garde ".

Ne pas remplacer le vétérinaire

Car l’objectif de la formation n’est pas de prendre la place du vétérinaire. " On ne veut surtout pas pratiquer de médecine vétérinaire, tempère Kimberley Johnson. Chacun son job ! On veut juste être là pour faire le tampon entre l’accident et l’arrivée du vétérinaire. J’arrive sur la victime, il s’est passé ci ou ça, qu’est-ce que je peux faire pour la transporter dans les meilleures conditions jusqu’à un professionnel de la santé ? " Dans ces cas-là, la formatrice demande à ses élèves de mettre de l’aspect affectif envers le chien de côté, et de faire travailler son cerveau. Ce qui est parfois difficile pour ces amoureux des chiens.

La formation dure sept heures, elle coûte 90 euros TTC pour chaque participant.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK