Mons: une action sur le chantier du magasin Ikea pour dénoncer le dumping social

Une dizaine de syndicalistes a pu pénétrer sur le chantier pour mener son action de sensibilisation.
2 images
Une dizaine de syndicalistes a pu pénétrer sur le chantier pour mener son action de sensibilisation. - © RTBF

D'un côté des travailleurs venus de l'étranger qui travaillent à bas prix, exploités et souvent sans aucune protection. De l'autre, les patrons qui les emploient qui ne cotisent pas ce qui a une incidence sur les caisses de la Sécurité sociale: c'est ce qu'on appelle du dumping social.

La FGTB voulait dénoncer de manière positive ce qu'ils considèrent comme une concurrence déloyale  en montrant à ceux qui la pratiquent les implications qu'elle entraîne sur l'économie et la condition des travailleurs d'un pays.  La FGTB s'est rendue pour ce faire sur le chantier de construction du nouveau magasin Ikea, près des Grands Prés, à Mons pour conscientiser les travailleurs dans le cas.

Le syndicat socialiste a mené une action sur place ce vendredi matin. Ils sont une quarantaine à s’être présentés devant le chantier pour manifester et sensibiliser les ouvriers au dumping social, mais seule une petite dizaine de militants a pu entrer, munis de casques et de chaussures adéquates (les responsables du chantier évoquant des raisons de sécurité). 

Ils sont également à la recherche de travailleurs venant d’autres pays d’Europe (du Portugal ou de Roumanie, notamment).

Sur le chantier, les syndicalistes ont rencontré une quinzaine de bulgares, quelques portugais aussi, et ils leurs ont distribué de petites plaquettes traduites en différentes langues.  Ces plaquettes contiennent des informations sur la législation belge en matière de travail, en particulier dans le domaine de la construction.  

Rappelons que près de 12 000 emplois ont été perdus dans le secteur entre 2012 et 2014.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK