Mons: Un nouvel espace familles au "Chêne aux Haies"

Accessible aux patients et leurs familles le mercredi après-midi
5 images
Accessible aux patients et leurs familles le mercredi après-midi - © Charlotte Legrand

On l'appelle l'espace "Chênapans". C'est une petite maison, à l'entrée du site de l'hôpital psychiatrique. Objectif? Accueillir des familles, le mercredi après-midi, pour éviter les rencontres dans les unités de soins.

 

Combien de fois a-t-elle assisté à des "rendez-vous ratés", entre un fils et sa mère, un enfant et son papy? Des discussions difficiles, voire impossibles, dans des lieux trop exigus ou sous le regard d'un autre patient? Des cavalcades dans les couloirs, parce que des enfants sont livrés à eux-mêmes, sans un jeu pour s'occuper? "Je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose", nous explique Anne Beaucarne, psychologue au CHP Le Chêne aux Haies. "J'ai reçu le soutien de mes collègues. Ca fait plus ou moins deux ans qu'on a lancé ce projet". L'espace Chênapans a ouvert ses portes en janvier, de façon plutôt confidentielle. Il vient seulement d'être inauguré.

 

Bérengère Juvent, assistante sociale, nous sert de guide à l'intérieur. "On a fait en sorte que les lieux ressemblent vraiment à une petite maison, accueillante. Voyez ici le salon, bien confortable, très coloré. Avec, sur les étagères, des jeux, des puzzles...Il y a des jeux pour tous les âges, nous accueillons les enfants jusqu'à leurs 18 ans!" Sur l'appui de fenêtre, des livres attendent qu'on les ouvre...ou pas! "Ils sont mis à disposition, comme le reste. Les familles font ce qu'elles veulent. Ce sont des livres qui permettent de comprendre la maladie mentale, d'expliquer pourquoi papa/maman ne va pas bien".

Un coin cuisine a été aménagé. "On y prend un verre de jus de fruits, un café, un biscuit. Des petites choses, qui peuvent faire en sorte qu'on se sente comme à la maison, un mercredi après-midi, un jour où l'on a le temps de discuter". Est-elle présente, lors des rencontres "en famille"? "Nous sommes deux accueillantes, ici, le mercredi après-midi. Mais quand les familles arrivent, nous allons dans la salle d'attente. Nous n'intervenons qu'à la demande ou en cas de problème. Pour l'instant, tout se passe bien".

L'un des objectifs est de dédramatiser l'hospitalisation en milieu psychiatrique. "Les a priori vis-à-vis de l'hôpital psychiatrique restent vivaces", confirme Joelle Kapompole, la présidente de l'institution. "Dans certaines familles, on n'emmène pas les enfants dans des unités de soins psychiatriques", poursuit Anne Beaucarne. Avec ce nouvel espace, l'équipe espère ressouder des liens distendus, dans des familles touchées par la maladie mentale. "Nous voulons que les enfants viennent voir leur papa, leur maman...bref: un parent, plutôt qu'un patient". Pour l'instant, les lieux sont surtout fréquentés par des personnes hospitalisées depuis peu, qui ne bénéficient pas d'autorisation de sortie.

Le projet du Chêne aux Haies figure parmi les lauréats d'un concours de la Fondation Belfius. Il a reçu 10 000 euros. Ajoutons qu'il existe d'autres espaces de rencontre de ce type, dans différentes institutions psychiatriques (Saint-Jean de Dieu à Leuze-en-Hainaut, par exemple).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK