Mons: passionné de cigares, Benjamin les sélectionne chez les producteurs de République dominicaine

En véritable passionné de cigares, Benjamin Manca les choisit directement en République dominicaine.
En véritable passionné de cigares, Benjamin Manca les choisit directement en République dominicaine. - © RTBF

Panama blanc vissé sur le tête, Benjamin Manca collectionne les cigares en tout genre. Dans son magasin, le Montois en a quelques milliers, importés tout droit des Caraïbes. Et il y en a pour tous les goûts. "J’en ai des parfumés à la menthe, détaille-t-il. Mais il y en a aussi d’autres avec différentes intensités de tabac".

Le point commun de ces cigares, c’est qu’ils viennent tous de République dominicaine. En grand passionné qu’il est, Benjamin Manca s’y rend régulièrement pour faire sa sélection. "Le cigare fait vraiment partie de la culture dominicaine, au même titre que le rhum. Il y a un savoir-faire là-bas. D’ailleurs c’est une production souvent familiale et il y a une éducation pointue pour perfectionner le produit."

Certaines productions sont plus artisanales que d'autres. Des productions de faible intensité qui donnent des cigares de premier choix dont la qualité est directement reconnue par les connaisseurs, explique l'importateur montois. "Il n'y a pas de cigare idéal, ajoute-t-il. Tout dépend les goûts. Certains les préfèrent plus doux ou plus corsés, c'est vraiment à l'appréciation du consommateur."

Comme le vin, le cigare bonifie avec le temps

Un produit plus délicat qu’il n’y paraît. Le cigare ne se conserve en effet pas n’importe comment. "Il faut un certain taux d’humidité, confirme Benjamin Manca. Dans une maison, l’idéal est donc de les conserver dans une cave. Et si on n’a pas de cave, il faut absolument un humidor, une boîte à cigares, qui garantira un certain taux d’humidité."

S’il est conservé dans de bonnes conditions, le cigare pourra être consommé très longtemps après son année de production. Comme le vin, certains bonifient même avec le temps. "Un cigare peut se fumer après 25 ans d’âge. C’est pour ça qu’on indique l’année de production sur le cigare. Naturellement, il n’a plus le même goût après autant d’années. Il s’adoucit et ça devient une crème à fumer."

Une crème que les passionnés recherchent activement. Parfois jusqu’à l’autre bout du monde.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK