Mons: pas de panique si vous recevez un message "de crise" sur votre GSM ce matin

Voici le genre de message que des milliers de personnes vont recevoir dans la région de Mons ce matin.
Voici le genre de message que des milliers de personnes vont recevoir dans la région de Mons ce matin. - © Tous droits réservés

Le SPF intérieur va tester ce matin en Flandre et en Wallonie son système BE-alert. Côté Wallon, c'est la région de Mons qui a été choisie pour ce test grandeur nature.

Le système BE-alert vise à prévenir la population en cas d'inondation, de tempête, d'accident chimique ou nucléaire, voire, en cas d'attentat. Ce test va se dérouler en deux étapes.

Pour les inscrits

D'une part, toutes les personnes inscrites sur le système BE-alert  situées dans la région de Mons et l'ouest de cette zone (St Ghislain, Dour, Jurbise) vont recevoir un message vocal. Leur téléphone va sonner entre 10 et 11 h et un message automatique les informera qu'un test BE-alert est en cours.

A l'heure actuelle, 230 000 Belges sont inscrits sur la plateforme BE-Alert (http://www.be-alert.be/ ou http://www.info-risques.be/fr).

Pour tout le monde

Une autre phase de test sera mise à l'essai en même temps. Cette fois, ce sont toutes les personnes présentes dans un certain périmètre (le centre historique de Mons) qui vont recevoir un sms de test. "La zone a été définie en fonction des antennes relais des opérateurs GSM, et en collaboration avec ceux-ci", explique Benoît Ramacker, du centre de crise du SPF Intérieur. Donc, dans cette zone, toutes les personnes présentes entre 10h15 et 10h30 seront alertées. C'est le genre de message, explique Benoît Ramacker, "qu'on pourrait envoyer, à la population en cas de souci, et, en fonction de la situation, on peut donner des recommandations: "restez chez vous", "évacuez", ou, par exemple, "il ne faut rien faire". On peut aussi guider les gens vers un numéro de téléphone, un site web, ou encore les médias traditionnels pour avoir plus d'informations".

Rappelons que ce message est un test et qu'il n'y a aucune raison de s'inquiéter.

 

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK